Vous préférez parler à une vraie personne ? Notre centre d’appel du Mans est là pour ça
09 77 40 66 66
(prix d’un appel local, même si vous habitez loin du Mans)

Blockchain, énergie et P2P

Le blog d’ekWateur

13 septembre 2019

Blockchain, énergie et Peer to Peer (P2P) : de quoi parle-t-on exactement ?

Blockchain et P2P, qu’est-ce que c’est ? Quelles sont les applications potentielles dans le secteur de l'énergie ? Obstacles et défis à surmonter... ekWateur vous explique, en toute simplicité !

Si vous suivez un peu l'actualité technologique, vous avez forcément entendu parler de la blockchain. En fait, même si vous ne suivez pas trop l'actualité technologique, vous en avez sans doute entendu parler sans même vous en rendre compte ! Le bitcoin, ça vous dit quelque chose ? La monnaie virtuelle la plus connue au monde est l'un des exemples d'application de la technologie blockchain et de l'échange P2P. Mais savez-vous ce que tout ce jargon veut dire ? Et savez-vous que la blockchain est aussi une technologie qui a de l'avenir dans le domaine de l'énergie ?

Pas de panique, on est là pour tout vous expliquer. Blockchain, P2P et énergie, quel rapport ? ekWateur fait le point pour vous.

Blockchain, énergie et Peer to Peer (P2P) : de quoi parle-t-on exactement ?

La blockchain, le P2P : c'est quoi au juste ?

Une blockchain, en français, c'est une... « Chaîne de blocs ». Quant au mystérieux P2P, il est plus transparent sous sa forme littérale peer to peer, que l'on peut traduire par l'expression bien connue « de particulier à particulier ».

La blockchain est une technologie en réseau qui permet, via Internet, de réaliser des transactions directes entre deux parties (peer to peer), sans passer par une structure centrale de traitement des informations. Très utilisée dans le secteur financier (notamment pour les monnaies virtuelles telles que le bitcoin), elle génère un stockage décentralisé de données cryptées. Le processus se déroule en cinq étapes :

  1. Les deux parties réalisent la transaction.
  2. Celle-ci est ajoutée à d'autres transactions sur une période déterminée et forme avec elles un bloc de données cryptées.
  3. Ce bloc est validé via son enregistrement décentralisé sur le réseau.
  4. Le bloc s'agrège à d'autres blocs précédemment validés et constitue ainsi un nouveau maillon de la blockchain.
  5. Cette agrégation confirme la transaction.

Les avantages de la blockchain se résument en plusieurs notions clés : baisse des coûts, sécurité, rapidité, authenticité et flexibilité. La technologie blockchain est particulièrement utile pour gérer et sécuriser des transactions entre particuliers dans tous les domaines, et ses applications sont quasiment infinies. D'autant que s'y ajoute l'intelligence artificielle des smart contracts, des programmes capables de gérer en autonomie des critères de transaction prédéfinis.

Mais alors, quel rapport avec ekWateur et le domaine de l'énergie ?

Blockchain et transition énergétique

Dans le domaine de l'énergie, la blockchain représente une gigantesque révolution. Grâce à la blockchain, il sera possible de changer du tout au tout nos pratiques de consommation et de production d'énergie, tout en contribuant à la transition énergétique. Voici quelques exemples d'usages que le blockchain devrait rendre possible dans le domaine de l'énergie.

Échange d'électricité en P2P

Aujourd'hui, la production et la consommation d'énergie sont des systèmes relativement centralisés. De grosses institutions produisent de l'énergie grâce à de grosses infrastructures (des centrales) et les distribuent de manière descendante aux utilisateurs. Le problème, c'est que ce mode de fonctionnement n'est pas forcément idéal dans le cadre de la transition énergétique.

En effet, les moyens traditionnels de production d'énergie en France comme les grandes centrales thermiques ou nucléaires ayant des impacts environnementaux conséquents, ils sont de plus en plus remplacés par des moyens décentralisés et plus écologiques : des éoliennes ou des panneaux solaires, par exemple. Ces nouveaux moyens de production sont plus écologiques, plus décentralisés (ce qui permet de mieux les adapter aux réalités variées du terrain).

Mais si l'on développe des moyens de production décentralisés, il faut alors inventer de nouvelles façons d'échanger l'énergie. La technologie blockchain est l'outil idéal pour favoriser un système de vente/achat d'électricité où les producteurs/consommateurs disposant d'installations d'énergie renouvelable (panneaux solaires, éoliennes...) peuvent alternativement se vendre ou s'acheter entre eux, sans intermédiaire, leurs surplus de production. Ainsi, si un individu dispose de panneaux solaires, il pourra, grâce à la blockchain, échanger plus facilement son énergie avec d'autres particuliers disposant de ressources de production.

Décentralisation de toutes les opérations liées aux flux d'énergie

En plus de la simple gestion des échanges d'énergie, la blockchain pourrait permettre de faciliter toutes les opérations qui sont liées à l'énergie de manière globale. Les relations contractuelles entre fournisseurs et consommateurs, la facturation, l'archivage des données, la mesure des besoins et l’équilibrage des flux, le diagnostic de l'état des installations... la blockchain a tous les atouts pour devenir un levier majeur de systèmes décentralisés d'énergie.

Et si en plus on ajoute à la blockchain des systèmes de pilotage en temps réel, gérés automatiquement par l'intelligence artificielle des smart contracts, cela devrait permettre une réactivité et une flexibilité optimisée. Par exemple, avec la blockchain il sera possible maîtriser avec précision la traçabilité de l'énergie sur le réseau, mais aussi de disposer de données précises de consommation et de production grâce aux blocs de données cryptées. Tout cela pourrait permettre d'encourager le déploiement des énergies renouvelables.

Blockchain et gestion de l'énergie : questions et défis

Prometteuse et sans aucun doute incontournable à terme dans le secteur de l'énergie, la technologie blockchain n'en reste pas moins balbutiante dans ce domaine, et elle se heurte pour le moment à des obstacles qu'il faudra impérativement surmonter pour qu'elle puisse s'imposer.

Par exemple, à l'heure actuelle, il manque un cadre juridique pour une réglementation adaptée à la blockchain. Les systèmes énergétiques européens sont régis par des règles strictes définies pour des systèmes centralisés, disposant de gestionnaires et d'institutions centrales. Il est très difficile de se passer de ces structures pour des raisons juridiques. Pour qu'un système de blockchain sur l'énergie soit mis en place, il faudrait développer tout un arsenal juridique : agrément des opérateurs, définition des paramètres de responsabilité...

D'autre part, il faudra attendre le développement de technologies opérationnelles plus abouties, indispensables pour la sécurité des données en réseau et la stabilité du système. Pour l'heure, la blockchain est encore en développement et elle n'a pas encore levé toutes les craintes en matière de protection contre les cyberattaques, de gestion des défaillances techniques ou de maintenance.

Enfin, la blockchain pose aussi certaines questions liées à sa pertinence économique et écologique. L'expérience du bitcoin montre que la blockchain peut créer des gains financiers substantiels, mais la stabilité de la rentabilité d'exploitation, les durées d'amortissement et d'autres paramètres économiques sont encore à confirmer. Sur le plan écologique, la blockchain a déchaîné les débats d'experts ces derniers mois quant à sa consommation d'énergie. Le traitement et le stockage massif de données décentralisées partout dans le monde demanderait des quantités considérables d'énergie pour être viable sur le plan technique. Pour qu'un système de blockchain de l'énergie se développe, il devra prouver sa pertinence écologique au regard de ces consommations énergétiques importantes.

Vous l'avez compris, le règne de la blockchain sur le monde de l'énergie n'est pas tout à fait pour demain matin. Mais si la technologie et des usages pertinents se développent, la blockchain pourrait bien être l'une des prochaines grandes révolutions du secteur de l'énergie. En permettant une production et une consommation décentralisée, une traçabilité de la production et des consommations, une maîtrise accrue des flux et des opérations de transaction, elle pourrait être au cœur de la transition énergétique et du passage vers les énergies renouvelables.

En attendant, si vous envisagez de devenir consomm'acteur d'énergie renouvelable, vous pouvez souscrire à notre offre Autoconsommation, qui vous libérera de tous les obstacles qui pourraient faire de l'ombre à votre engagement pour la planète ! Ou alors, vous engager auprès d'un fournisseur d'énergies renouvelables, proposant une électricité 100% verte et du gaz renouvelable.