Vous préférez parler à une vraie personne ? Nos centres d'appels au Mans, à Reims et à Amiens sont là pour ça
09 77 40 66 66
(prix d'un appel local, même si vous n'habitez pas dans le coin)

Bilan après 20 ans d’énergies renouvelables : où en sommes-nous ?

🎶 Je vous parle d’un temps, que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître 🎶. C’est vrai, il y a 20 ans, les énergies vertes étaient encore balbutiantes. Il faut attendre la fin des années 1990 pour que les institutions prennent conscience de la nécessité des énergies renouvelables. C’est ce qu’explique le Syndicat des Énergies Renouvelables, en 1997 « la Commission européenne adopte un Livre blanc définissant une stratégie et un plan d’action globaux visant à doubler à l’horizon 2010 la part des sources renouvelables dans la consommation d’énergie de l’Union : passer de 6 à 12 % ».

8 avril 2021

Après plus de 20 ans d’énergies renouvelables, où en est-on ? Bilan et perspectives de la transition énergétique avec ekWateur

Énergies renouvelables : quelles évolutions en 20 ans ? 

Après avoir stagné sur la période 2000-2005, la production d’énergies renouvelables s’est développée en France. Selon le ministère de la Transition écologique, elle a progressé de 70% depuis l’année 2005. Au-delà de ce chiffre global, quelles ont été les évolutions ? 

 

L’énergie hydraulique 

L’énergie hydraulique est produite par les barrages hydroélectriques. C’est aujourd’hui la première source de production d’électricité renouvelable en France. L’hydroélectricité représente 13% de la production d’électricité en France d’après l’Observatoire des énergies renouvelables (Observ’ER) . En valeur, la production d’énergie hydraulique a toutefois baissé sur le long terme. Cela s’explique notamment du fait du réchauffement climatique. 

 

En effet, plus les températures se réchauffent, moins le débit des cours d’eau est important. C’est déjà ce qu’expliquait Martin Guespéreau, de l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse en 2013, « En trois décennies, les eaux du Rhône se sont réchauffées de 2 °C à son embouchure en été, et le fleuve devrait perdre 30% de son débit d’ici à 2050 »

 

L’énergie solaire 

Quasi inexistantes avant l’année 2009, les infrastructures solaires photovoltaïques se développent lentement. Elles assuraient 1,6 % de la consommation d’électricité de France en 2014. En 2019, selon les données de RTE, elle représentait 2,2%. 

Bien qu’encore à ses débuts, cette énergie devrait croître. Via le plan « Place au Soleil », le gouvernement a majoré de 66% le volume des appels d’offres en matière d’énergie solaire. 

 

L’éolien 

La France dispose du quatrième parc européen en matière d’énergie éolienne. Les technologies éoliennes ont beaucoup évolué. En 10 ans, elles ont gagné 17% en taille et ont fait grimper de 200% leur capacité de production, selon l'association France Energie Eolienne (FEE)

Aujourd’hui, les éoliennes représentent 7,9 % de la production d’électricité en France, d’après les données de RTE. Elles constituent la deuxième source de production d’électricité verte de l’Hexagone. 

 

La filière bois-énergie 

Selon l’Ademe, le bois est l’énergie de chauffage la moins chère de l’Hexagone. Cette énergie a connu une croissance particulière. En 2000, l’Ademe met en place le Plan Bois-Energie. Il vise à promouvoir le bois auprès des ménages et des entreprises. 

Une réussite ! Alors que la vente d’appareils de chauffage au bois se chiffrait à 100 000 unités par an avant l’an 2000, elle est passée à 430 000 unités dès 2005, selon le Syndicat des Energies Renouvelables (SER)

Aujourd’hui, le bois est devenu la première énergie renouvelable de l’Hexagone, elle constitue 35,8 % de la production de chaleur verte de la France (chiffres 2019 du ministère de la Transition écologique). 

L'évolution des énergies renouvelables

Énergies vertes : des coûts en baisse 

L’essor des énergies renouvelables s’entend d’un point de vue environnemental. La production d’électricité via les énergies vertes est bien moins chargée en carbone que celle des énergies fossiles. À titre d’exemple, 1 kWh d’électricité produite à base de charbon émet 1060 grammes de CO₂ contre 7 grammes de CO₂ pour l’éolien. 

D’un point de vue économique, le développement des énergies vertes se comprend aussi parfaitement. En effet, au fil du temps, les coûts des énergies renouvelables baissent. C’est ce que montre le Levelized Cost of Energy (LCOE) de la banque Lazard. 

La médaille de la baisse des coûts revient à l’énergie solaire. En 2009, produire un MWh d’électricité solaire photovoltaïque coûtait 359 $ contre 37 $ en 2020. Un prix presque divisé par 10 ! L’éolien de son côté n’est pas en reste non plus. Il enregistre un passage de 135 $ à 40 $. Pas mal, non ? 

À l’inverse, les prix du nucléaire et des énergies fossiles tendent à grimper. Sur la période 2009 – 2020, un MWh d’électricité produite à base d’énergie nucléaire, sans subvention, est passé de 123 $ à 163 $. Pour le charbon, l’évolution reste assez faible, on est passé de 111 $ à 112 $. 

Économiques et écologiques, les énergies renouvelables sont de plus en plus rentables. Et cela peut se refléter sur vos factures d’électricité. Et oui, les offres d’électricité verte sont souvent moins chères que les offres aux tarifs réglementés de vente. C’est en tout cas, ce qu’on vous garantit chez ekWateur ! 💚

offre d'énergie renouvelable

Et demain, quelles perspectives pour les énergies renouvelables ? 

Le développement des énergies renouvelables ne devrait pas s’arrêter là. En tout cas, c’est que ce l’on espère 😉. Quelles sont les perspectives d’avenir pour les énergies renouvelables ? 

 

Accord de Paris : les engagements de la France

Conformément à l’Accord de Paris pris lors de la COP 21, la France s’est engagée à atteindre la neutralité carbone à horizon 2050. Pour cela, elle s’est fixé de porter la part des énergies renouvelables à : 

  • 23% de la consommation finale brute d’énergie en 2020 
  • 33% en 2030. 

Pour l’instant, la France semble un peu en retard sur ses objectifs. En effet, en 2019, elle enregistre 17,2% d’énergies renouvelables dans sa consommation finale brute, selon les données du ministère de la Transition écologique. 

Toutefois, malgré ce retard, restons optimistes ! D’après le bilan électrique 2020 de RTE, les énergies renouvelables continuent à progresser. On note notamment une belle avancée en matière d’énergie éolienne. Comme l’affirme RTE, « L'éolien devient ainsi la troisième source de production d'électricité devant le gaz. » Et derrière le nucléaire (67% en 2020, contre 70,6 en 2019) et l’hydraulique (13% en 2020 contre 11,3% en 2019). Une bonne nouvelle en soit. 😊

 

Le développement de l’éolien offshore

L’éolien a donc le vent en poupe ! Pour l’instant, la production éolienne en France est une production terrestre. Néanmoins, ce type de production est amené à évoluer. 

Comme le fait savoir l’association France Énergie Eolienne (FEE), le futur de l’éolien apparaît comme marin. Le potentiel de l’éolien offshore est porté à 140 GW contre 80 GW pour l’éolien terrestre.  

Le développement de l’éolien en mer pourrait d’ailleurs progresser rapidement. Selon la FEE, l’offshore pourrait représenter 10% de la capacité éolienne française en 2023.

 

L’essor de l’autoconsommation solaire 

Outre le développement de l’éolien, on peut aussi penser que l’énergie solaire deviendra une source d’énergie importante dans les années futures. Elle présente deux avantages majeurs : 

  • Des coûts de production en forte baisse ; 
  • Une facilité d’installation pour les ménages. 

L’énergie solaire photovoltaïque apparaît comme celle qui peut s’inviter le plus facilement chez les ménages ou dans les entreprises. En installant des panneaux solaires sur leurs toits, les Français-es peuvent consommer leur propre électricité en circuit court. On appelle cela, « l’autoconsommation ». L’autoconsommation photovoltaïque concernait 40 000 consommateurs et consommatrices en 2018. Et les perspectives sont radieuses (comme le soleil ☀️️) ! 

Selon Xavier Piechaczyk, président de RTE: « À l’horizon 2030, il pourrait y avoir 4 millions d’autoconsommateurs en France. Cela représenterait une production annuelle comprise entre 9 et 20 TWh, soit au maximum environ 4 % de la consommation électrique française ».

Si l’autoconsommation vous intéresse, on a une bonne nouvelle pour vous ! ekWateur peut vous accompagner de A à Z dans votre projet. On a aussi un kit solaire à brancher si vous ne souhaitez pas vous lancer dans une si grande aventure dans un premier temps. Vous avez juste besoin d’un espace 1 m x 1,70 m (avec une bonne exposition), d’une prise et hop, à vous l’autoconsommation. Un outil innovant, tout nouveau sous le soleil ! 😉

Recevez notre sélection d'articles autour de la transition écologique

Laissez-nous votre adresse email pour recevoir toutes nos astuces pour un futur plus vert. 🌱🌍