Vous préférez parler à une vraie personne ? Nos centres d'appels au Mans, à Reims et à Amiens sont là pour ça
09 77 40 66 66
(prix d'un appel local, même si vous n'habitez pas dans le coin)

Peut-on stocker du gaz naturel ?

Le stockage du gaz joue un rôle important dans l’équilibre énergétique d’un pays : il doit être stocké en permanence afin de pouvoir répondre aux besoins des consommateurs.

17 juin 2020

En France, nous possédons plusieurs méthodes de stockage, des procédés efficaces qui nous permettent d’ajuster le décalage entre la consommation de gaz très saisonnière et un approvisionnement étalé sur l’année. Il existe deux types de stockage pour le gaz naturel : l’état gazeux et l’état liquide. Alors, comment est-il stocké ? Pour quel type de consommation est-il utilisé ?

Cuves de stockage de gaz

1. Pourquoi le stockage de gaz est-il important ?

- Un approvisionnement en continu : le stockage du gaz naturel permet aux fournisseurs d’assurer un approvisionnement continu et stable toute l’année. Saviez-vous qu’en France la quantité de gaz consommée en période hivernale est 6 fois plus importante qu’en période estivale ? Le stockage du gaz permet donc de pallier les besoins en fonction de la demande. Sans stockage, le réseau gazier français devrait être bien plus important pour nous permettre d’acheminer le gaz en hiver !
- Limiter la dépendance énergétique : le fait de pouvoir stocker du gaz naturel permet également d’anticiper les problèmes techniques ou logistiques. Cette méthode permet aussi de limiter la dépendance énergétique de la France par rapport aux producteurs de gaz européen.
- Des coûts défiant la concurrence : le stockage du gaz permet à tous les maillons de la chaîne : (producteurs, transporteurs et distributeurs) d’assurer un équilibre entre l’offre et la demande, au meilleur coût. Ils peuvent prendre la décision de stocker le gaz lorsque son prix est faible et ensuite le revendre lorsque le prix est plus élevé.

2. Stockage à grande échelle : quelles sont les différentes méthodes ?

Il existe plusieurs méthodes pour stocker le gaz naturel, le GNL, le biogaz ou le biométhane.

Le stockage aérien – une méthode où le gaz est stocké dans des cuves ou réservoirs :

- Les réservoirs de GNL stockent le gaz à l’état liquide. À partir de -161°C, le gaz naturel se condense pour devenir un liquide : le Gaz Naturel Liquéfié (GNL). Sa condensation lui permet d’occuper 600 fois moins de volume que lorsqu’il est à son état gazeux. Le GNL est stocké dans des réservoirs cylindriques verticaux généralement situés près des terminaux méthaniers. Les réservoirs sont construits en métal ou en béton avec une double paroi et une isolation thermique pour garder le gaz à l’état liquide.
- Les réservoirs de gaz sont utilisés pour stocker par pression atmosphérique le gaz naturel liquéfié dans des réservoirs cylindriques et leur capacité de stockage est comprise entre 500 et 10 000 m3.

Le stockage souterrain – une méthode où le gaz est injecté sous pression dans des cavités souterraines :

Le stockage souterrain est souvent privilégié par rapport au stockage aérien pour des raisons pratiques et économiques (on ne peut stocker que de petites quantités et cela coute très cher). Il est considéré comme un moyen plus sûr pour la sécurité publique et le respect de l’environnement. Bien évidemment, les possibilités de stockage de gaz souterrain dépendent de la structure géologique du pays :

- Les gisements épuisés : le gaz naturel est injecté sous pression dans d’anciens gisements d’hydrocarbures imperméables qui ont été reconvertis en espace de stockage. Cependant le gaz naturel y est extrait avec peu de flexibilité et à un rythme faible.
- Les nappes aquifères : la méthode consiste à stocker le gaz naturel dans des nappes aquifères, des couches souterraines composées de roches poreuses, d’eau et recouvertes d’une couche imperméable. Le gaz sera stocké sous pression dans la partie de la cavité non remplie par l’eau.
- Les cavités salines : la technique consiste à créer une cavité souterraine artificielle (entre 100 000 et 1 million de m3) dans une roche sédimentaire composée d’halite ou couramment dit : sel gemme, une espèce minérale solide composée de chlorure de sodium. Le pouvoir d’imperméabilisation du sel permet un stockage efficace et une extraction flexible et rapide du gaz naturel. Les cavités salines permettent une extraction instantanée grâce à leur débit de gaz qui est 5 à 6 fois plus important que celui des autres types de stockage souterrain.

Et pour le biométhane comment cela se passe ? Eh bien, l’injection de biométhane est autorisée dans les sites de stockage souterrains et dans le réseau de gaz naturel après épuration. Pour rappel le biométhane est une énergie renouvelable qui est produite à partir de la dégradation de déchets organiques d’origine végétale, animale, agricole, agroalimentaires ou industriels. Ces déchets, sous l’effet de la fermentation, vont créer un gaz, appelé biogaz. Et après quelques étapes de purification et de contrôle de qualité, le biogaz devient le biométhane. Ce dernier peut être injecté dans le réseau de distribution de gaz et être stocké de la même manière que le gaz naturel. Sachez également que l’injection du biométhane est autorisée depuis 2011 en France.

Recevez notre sélection d'articles autour de la transition écologique

Laissez-nous votre adresse email pour recevoir toutes nos astuces pour un futur plus vert. 🌱🌍 

3. Comment stocker nos bouteilles de gaz ?

La meilleure façon de stocker une bouteille de gaz est sur un support stable et non combustible. Vos bouteilles doivent être en position debout, car en position couchée, le gaz peut s’échapper sous forme liquide et augmenter les risques d’incendie.

Il existe une règlementation pour les bouteilles de gaz à la maison : selon l’Arrêté du Ministère de l’Industrie datant du 23 février 2018, vous devez entreposer vos bouteilles de gaz dans un placard pourvu d’une aération basse à moins de 30 cm du sol et d’une aération haute à plus de 1m80 du sol.

- Les bouteilles de butane sont principalement utilisées comme combustible à l’intérieur des habitations pour les chauffe-eaux ou les cuisinières. Elles peuvent être conservées à l’intérieur, à condition qu’elles soient entreposées au niveau du sol. Le meilleur lieu de stockage est votre grenier ou votre garage.
- Les bouteilles de propane sont destinées à un usage extérieur, par exemple pour les parasols chauffants. Jusqu’à 13 kilos, elles peuvent être conservées à l’intérieur des habitations sinon vous pouvez faire installer une citerne de gaz de propane qui pourra contenir jusqu’à 3 tonnes de gaz.

Attention : qu’importe le type de gaz, vous ne devez pas stocker les bouteilles dans une cave. Le butane et le propane sont des gaz plus lourds que l’air ambiant et ceux-ci créeraient une poche de gaz qui stagnerait au ras du sol. Ce qui engendrerait un risque important pour les habitants.

Tenez bien évidemment vos bouteilles de gaz à l’écart de toute source de chaleur ou de flamme, ne laissez pas vos bouteilles à la portée des enfants ou en hauteur pour éviter les risques de chute.

Que faire des bouteilles de gaz vides ?

Redoublez de précaution, une bouteille de gaz peut sembler vide sans l’être réellement. Afin d’éviter tout risque, référez-vous avec attention aux consignes de sécurité.

Il n’est pas nécessaire de conserver les bouteilles de gaz vides, il est toujours préférable de les recharger ou de vous les faire rembourser par votre revendeur qui vous donnera en échange un dépôt de garantie.

 

Avec une variation aussi importante de la demande de gaz en hiver, le rôle du stockage est de plus en plus important afin d’assurer les approvisionnements et répondre à la demande à chaque moment de l’année. En développant les moyens de stockage du gaz, nous pourrons faire de cette énergie un élément important de notre mix énergétique futur.

Saviez-vous qu'ekWateur possédait deux offres de gaz vert ? Une offre classique composée à 5% de biométhane et une offre premium composée à 100% de biométhane français. Une belle occasion pour vous de soutenir la transition énergétique en France et d’aider à la création d’un mix énergétique plus renouvelable pour le futur.