Vous préférez parler à une vraie personne ? Nos centres d'appels au Mans, à Reims et à Amiens sont là pour ça
09 77 40 66 66
(prix d'un appel local, même si vous n'habitez pas dans le coin)

Comparaison : gaz vert vs gaz bio vs gaz naturel

Que de termes différents pour définir le gaz ! Est-ce que cela change vraiment quelque chose ? Ou est-ce juste un nouveau stratagème du monde de l’énergie pour vous embrouiller ? Quels sont les différences, les avantages et les inconvénients de ces différents gaz ?

Votre fournisseur de gaz ekWateur vous répond en toute transparence sur le sujet 😉.

Le gaz naturel : l’incontournable connu de tous

Le gaz naturel aussi appelé parfois (à tort) gaz de ville, vous le connaissez certainement (si, si, on vous assure 😉) car c’est généralement celui qui arrive chez vous. Alors, quels sont ses avantages ? Ses inconvénients ? Son prix ou encore son niveau de pollution ? Si vous n’aviez qu’une vague définition du gaz naturel jusqu’à maintenant, vous allez devenir des expert-e-s 😉.

Qu’est-ce que le gaz naturel ?

Le gaz naturel est un mélange gazeux présent de façon naturelle dans certaines roches poreuses. C’est une énergie fossile qui provient de la nature (d’où le terme naturel).

Le gaz que l'on appelle gaz naturel est donc en réalité une énergie fossile au même titre que le pétrole.

À ce titre, et parce que les réserves dans la nature sont limitées, cette énergie n’est absolument pas renouvelable.

Le gaz naturel est principalement composé de méthane et se forme via la désagrégation des matières organiques enfouies sous le sol (terrestre et/ou marin). 

Sous l’effet de la pression et de la chaleur, celui-ci vient se loger dans des roches poreuses et ainsi former des poches de gaz. Il est ensuite extrait de ces gisements avant d’être exploité.

Utilisé pour le chauffage, la cuisson ou l’eau chaude, le gaz naturel est l’une des principales sources d’énergie utilisées dans le monde.

Le gaz naturel est-il polluant dans sa production et son extraction ?

Le gaz naturel : un gaz à effet de serre ?

Le gaz naturel est l’énergie fossile la moins polluante. Il émet notamment 22% de CO2 en moins que le fioul domestique tout en restant plus polluant que le bois (qui est l’énergie de chauffage la moins polluante en émettant 20 fois moins de CO2 que le gaz naturel) *.

Par rapport au chauffage électrique, le gaz a une empreinte carbone plus lourde. Néanmoins, il faut prendre en compte le fait que l’électricité (produite à 75% par le nucléaire d’EDF) produit des déchets toxiques difficiles à éliminer. Déchets que ne produit pas le gaz. 

En ce qui concerne l’extraction et le transport du gaz naturel, il faut savoir qu’ils ne présentent que peu de risques pour l’environnement. Dans des cas exceptionnels de fuites sur le réseau, le gaz naturel va s’échapper par les airs impactant alors le réchauffement climatique (rappelez-vous de ce que l’on a dit plus haut : le gaz naturel n’est autre que du méthane, un important gaz à effet de serre). Néanmoins, le gaz naturel ne présente pas de risque de contamination des sols ou de marées noires comme le pétrole.

Qu’en est-il de la pollution du transport et de l’extraction 

Les installations permettant l’extraction et le traitement du gaz naturel (plateformes gazières, gazoducs, terminaux méthaniers) peuvent également être vues comme une défiguration du paysage

En effet, ces infrastructures peuvent s’étendre sur plusieurs milliers de kilomètres.

En revanche, l’exploitation du gaz de schiste (mise en place en 2011), présent en faible densité, qui nécessite de fracturer le sol et demande de très grandes quantités d’eau, possède un impact environnemental beaucoup plus élevé

De plus, l’industrie manque de transparence en ce qui concerne les différents types de produits utilisés et un réel risque de pollution des nappes phréatiques et des rivières existe.

L’exploitation du gaz de schiste, si elle est menée dans de mauvaises conditions, peut donc avoir un véritable impact sur l’environnement. 

En France, par exemple, son extraction est interdite. Les pays européens, en règle générale, ont des normes beaucoup plus élevées car la population importante est jugée trop élevée pour pouvoir exploiter le gaz de schiste en toute sécurité. Il faut cependant savoir que ces normes d’exploitations varient d’un pays à un autre.

Niveau de sécurité : le gaz naturel est-il dangereux ?

On entend souvent dire que le gaz est dangereux car il est inflammable ou encore toxique. Voici ce qu’il y a à savoir sur le gaz quant à sa sécurité : 

  • Le gaz naturel n’est ni toxique ni corrosif. De plus, il est rendu odorant (vous savez cette odeur âcre annonciatrice d’une potentielle fuite de gaz) pour faciliter la détection des fuites. Il est également difficilement inflammable.
  • Le gaz de ville (autrefois utilisé, nous en parlons plus bas) présentait de graves risques pour la santé en cas de fuite et était facilement inflammable ce qui le rendait réellement dangereux. Ce n’est pas le cas du gaz naturel.

Quels sont les prix du gaz naturel ?

Le prix au kWh du gaz peut varier selon différents critères que nous allons vous présenter.

La classe de consommation

Actuellement il existe différentes classes de consommation en fonction de l’alimentation au gaz dont dispose votre logement. Les voici : 

  • Tarif Base gaz : pour les logements qui utilisent le gaz exclusivement pour la cuisson.
  • Tarif B0 gaz : pour les logements qui utilisent le gaz pour la cuisson et l’eau chaude sanitaire.
  • Tarif B1 gaz : pour les logements qui utilisent le gaz pour le chauffage individuel, la cuisson et l’eau chaude.
  • Tarif B2i gaz qui concerne les copropriétés avec des petites chaufferies.
  • Tarif B2S gaz qui concerne les moyennes et grandes entreprises ainsi que les collectivités, il s’agit des moyennes chaufferies.
  • Tarif TEL gaz qui concerne les mêmes entités que le tarif B2S mais pour les grandes chaufferies.
  • Tarif STS gaz qui concerne les professionnels des transports de l’industrie.

La zone tarifaire de votre logement

Il existe différentes zones tarifaires selon que vous soyez proches du réseau de distribution du gaz ou non. 

Concrètement, plus vous êtes proches du réseau de distribution moins votre prix au kWh sera élevé à l’exception de l’option Base et B0 dont le prix au kWh du gaz reste invariable quelle que soit votre zone tarifaire.

Le prix du kWh du gaz au tarif réglementé

En septembre 2019, 37% des Français-es étaient encore abonné-e-s au tarif réglementé du gaz

31% des Français-es étaient abonnés à une offre du fournisseur de gaz historique Engie autre que celle au TRV.

Enfin, 32% des Français-es étaient abonné-e-s à un fournisseur de gaz alternatif, soit un concurrent d’Engie (dont nous faisons partie 😉).

Voici les prix en fonction de votre classe de consommation pour les classes de consommation Base et B0 (tarifs au premier mai 2021) :

  • 0,797€ quelle que soit votre zone tarifaire

Pour les classes de consommation B1 et B2i (tarifs au premier mai 2021) : 

  • Zone 1 : 0.0550 €
  • Zone 2 : 0.0557 €
  • Zone 3 : 0.0564 €
  • Zone 4 : 0.0572 €
  • Zone 5 : 0.0579 €
  • Zone 6 : 0.0586 €

🚨 Depuis novembre 2019, il n’est plus possible de souscrire à une offre aux TRV du gaz. En effet, le tarif réglementé du gaz va prendre fin d’ici 2023 et tous-tes les client-e-s encore au tarif réglementé devront alors choisir une offre de marché.

Quel est le prix du gaz naturel pour une offre de marché ?

Pour proposer leurs offres de marché, les fournisseurs de gaz se basent sur le prix au kWh des TRV afin de proposer des prix plus ou moins compétitifs. Chaque fournisseur est libre de fixer ses propres tarifs. Le mieux est encore de vous renseigner directement sur les sites des fournisseurs ou en faisant une estimation via les sites des fournisseurs. 

👆ekWateur possède l’un des prix au kWh le moins cher du marché 😉.

Les avantages et inconvénients du gaz naturel

Voici maintenant venu le temps de vous donner un aperçu plus large de cette énergie fossile afin que vous puissiez vous faire votre avis en toute connaissance de cause 😊.

Les avantages du gaz naturel

Cette énergie fossile possède différents avantages. Les voici : 

  • Il est économique : son prix reste compétitif par rapport au prix des autres énergies.
  • Il est performant : le gaz naturel offre la possibilité d’utiliser des systèmes de chauffage performants (ex : la chaudière à condensation). 
  • Il est confortable : son pouvoir calorifique est plutôt bon, une preuve de confort et d’efficacité énergétique.
  • Il est plus respectueux de l’environnement que ses confrères fossiles.

Les inconvénients du gaz naturel

Personne n’est parfait et ce n’est pas non plus le cas du gaz naturel qui possède également des inconvénients. Les voici : 

  • Une source d’énergie non renouvelable : eh oui, c’est une énergie fossile car les fameuses poches de gaz sont disponibles en quantité limitée sur la planète et mettent de très nombreuses années pour se régénérer.
  • Un processus de traitement plus long : le gaz naturel possède divers composants qui doivent être éliminés avant son utilisation. Son traitement nécessite donc beaucoup de temps et de main-d'œuvre.
  • Le volume du gaz naturel est supérieur à celui de l’essence : il a donc besoin d’un espace de stockage spécifique qui engendre des dépenses pouvant être importantes.
  • Il émet du CO2 : bien que plus “propre” que ses camarades fossiles, le gaz naturel émet malgré tout du CO2 et de l’oxyde d’azote polluants pour l’environnement.
  • Le raccordement au réseau de gaz est indispensable : cela semble évident et pourtant, plusieurs zones rurales ne sont pas raccordées au réseau de distribution et ne peuvent donc pas bénéficier du gaz naturel.

Quelles différences entre le gaz naturel et le gaz de ville ?

Le gaz de ville qui servait autrefois notamment pour les éclairages publics, le chauffage et la cuisson des citadain-e-s, n’est aujourd’hui plus utilisé. 

En effet, celui-ci dégageait une forte concentration de monoxyde de carbone, un gaz extrêmement dangereux pour nous. Il a donc été remplacé par le gaz naturel que nous connaissons aujourd’hui.

extraction gaz naturel

Le gaz vert : une alternative au gaz naturel ?

Arrivé sur le marché depuis maintenant quelques années, le gaz vert est un autre type de gaz jugé plus renouvelable. Attention, lire la suite vous expose au risque de devenir un-e as du gaz vert 😉.

Qu’est-ce que le gaz vert ?

Le gaz vert est également appelé biogaz. Celui-ci est un gaz produit à partir de la fermentation de matières organiques (déjections animales, déchets agroalimentaires, boues de station d’épuration, etc…,) processus que l’on nomme la méthanisation.

Ces matières servant à la production du biogaz sont disponibles en quantité très importante sur la planète, suffisamment importante pour que l’on estime renouvelables ces sources de production. L'appellation gaz vert provient donc de l’aspect renouvelable de cette énergie.

Le gaz vert est-il polluant dans sa fabrication et son exploitation ?

Le biogaz est fabriqué via la méthanisation. Alors, quels sont les impacts environnementaux du processus de méthanisation ? 

Une étude réalisée récemment par l’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes démontre que la production de biogaz par méthanisation ne représenterait que 0,3% des émissions totales de méthane en Auvergne-Rhône-Alpes. Cette étude à échelle locale prouve donc que la production de gaz vert est peu polluante par rapport à son homologue fossile.

Il convient également de noter que le gaz vert assure exactement le même rôle que notre gaz naturel bien connu et est totalement compatible avec notre réseau de gaz. Son exploitation et son origine en font donc une énergie beaucoup moins polluante. 

L’ADEME estime même que son facteur d’émissions est d’environ 44,1 g CO2 équivalent / kWh PCI (pouvoir calorifique inférieur).

Qu’est-ce qui compose ce gaz vert écologique ?

La composition du biogaz ou gaz vert n’est pas exactement fixe. En effet, elle peut varier selon l’origine des intrants et de leur traitement. On pourrait presque dire que chaque type de biogaz est unique 😉. 

Néanmoins, il est essentiellement composé de :

  • Gaz carbonique (CO2) inerte 
  • Méthane (CH4) (50 à 70%)
  • Sulfure d'hydrogène (H2S)
  • Eau (H2O)
  • Diverses impuretés

Quels sont les prix du gaz vert ?

Les zones de tarification ainsi que les classes de consommation sont les mêmes que celles appliquées pour le gaz naturel. Le prix est donc défini de la même façon pour le gaz vert que pour le gaz naturel.

Le tarif réglementé du gaz vert

Le tarif réglementé est le même pour le biogaz que pour le gaz naturel. Nous vous invitons donc à vous reporter à la partie concernant le prix du TRV pour le gaz naturel. 

Dans l'ensemble, le tarif du gaz vert est très proche de celui du gaz naturel.

Le prix du gaz vert pour une offre de marché

Comme pour le gaz naturel (oui, oui, d’un point de vue tarif, le gaz vert fonctionne sensiblement de la même façon que le gaz naturel), le gaz vert possède des offres de marché et chaque fournisseur fixe librement ses prix

Nous vous invitons donc à vous renseigner directement sur le site du fournisseur via une estimation ou tout simplement en retrouvant le prix au kWh qu’il applique pour le gaz.

Néanmoins, voici les 2 types d’offres qui peuvent être proposées : 

  • Les offres de gaz vert indexé sur les tarifs réglementés. Le prix du kWh suit alors celui du TRV qu’il augmente ou qu’il baisse. Un pourcentage de réduction appliqué par les fournisseurs entre toujours en vigueur sur cette offre.
  • Les offres de gaz vert dont le prix est bloqué pendant une période donnée. Dans ce cas-là, le prix est déterminé lors de la souscription et ne peut fluctuer durant une période donnée (1,2,3 ans). Il ne suit donc pas le TRV du gaz qu’il augmente ou qu’il baisse.

les avantages et inconvénients du gaz vert

Le gaz vert a aussi son lot d'avantages et d’inconvénients. Nous vous les listons ici (quand on vous disait que vous alliez devenir un-e expert-e du gaz vert 😉).

Les avantages du gaz vert

Le gaz vert, considéré comme une énergie renouvelable d’avenir, possède de nombreux avantages que nous allons voir tout de suite ensemble.

  • Valoriser les déchets : notre société génère une quantité astronomique de déchets et il faut savoir que le processus de fermentation (qui libère notamment le méthane, 25 fois plus polluant que le CO2) s’opère naturellement dans la nature. Aussi, fabriquer du gaz vert permet d’une part de recycler les déchets et d’autre part de limiter la libération de méthane dans l’atmosphère.
  • Réduire les émissions de CO2 : selon une étude de l’ADEME et de GRDF, "la substitution du biométhane au gaz naturel permettrait de réduire les émissions de gaz à effet de serre de l’équivalent de 188 grammes de CO₂ pour chaque kWh produit, injecté et consommé".
  • Réutiliser l’importante quantité de déchets de la production agricole : la production agricole génère une très grande quantité de déchets qui peuvent causer des soucis de santé, d’assainissement ou encore de pollution. Recycler ces déchets pour produire du gaz vert soulage grandement les agriculteurs. De plus, le processus de production permet d’une part de créer du gaz utilisable par les foyers français et d’autre part du digestat qui peut servir d’engrais aux cultures agricoles. La boucle est bouclée ! La production agricole produit des déchets qui seront ensuite utilisés comme engrais. Pas mal non ?
  • Des avantages économiques : effectivement, cette production de gaz vert permet de développer de nouvelles entreprises, souvent locales, ainsi que la diversification des entreprises existantes. La production de gaz vert est donc synonyme de création d’emplois.

les inconvénients du gaz vert

Bien que ces avantages soient nombreux, le gaz vert dispose également de quelques inconvénients à connaître : 

  • Pour se lancer dans la production de biogaz ou gaz vert, cela nécessite de pouvoir faire des investissements conséquents. Il est donc indispensable de disposer de capitaux pour pouvoir commencer à produire du gaz vert et espérer en tirer un certain profit. De plus, les coûts de fonctionnement et d’entretien du gisement sont, eux aussi, élevés.
  • La production de gaz vert demande du temps et de l’attention : tel un nouveau-né, ce dispositif nécessite toute notre attention. En effet, il faut veiller à bien mélanger les matières en bonne proportion pour un résultat optimal. Il est également important de maintenir constamment une température de 37°C dans le digesteur. Le risque d’anomalies (notamment de “moussage”) dans le processus anaérobie présente aussi des écueils à prévoir. Enfin, il s’avère parfois difficile, en zone rurale, de bénéficier d’un raccordement au réseau de gaz (pour la vente).

Sachez cependant que des recherches sont toujours en cours afin d’améliorer ce procédé d’exploitation.

Des déchets organiques pour illustrer la fabrication du biométhane

le gaz bio : autre appellation du gaz vert ?

Oui, vous avez bien lu. Lorsque l’on vous parle de gaz bio, il s’agit en fait de gaz vert, biogaz ou gaz renouvelable. Le gaz bio est donc simplement une autre appellation pour le gaz vert ou biogaz (comme s’il n’avait pas suffisamment d’appellations comme ça 😉). 

Ses caractéristiques sont donc les mêmes que celles du gaz vert. Il ne s’agit pas vraiment d’un gaz biologique, néanmoins, l’aspect renouvelable et valorisation des déchets en fait une énergie plus “propre” et plus proche de ce que l’on appelle la “bio” que le gaz naturel.

Comment économiser sur le prix du kWh de gaz ?

Vous en avez marre de vous retrouver avec des factures de gaz toujours plus importantes les unes que les autres ? 

Il existe des solutions, notamment faire des économies d’énergie (surveiller son chauffage s’il est au gaz par exemple en conservant une température de 19°C dans la pièce à vivre et de 17°C dans les chambres). Néanmoins, il peut aussi être judicieux de changer de fournisseur de gaz.

Pour cela, nous vous conseillons de faire un comparatif de tous les fournisseurs de gaz pour choisir l’offre la plus adaptée à vos habitudes de consommation. Naturellement, si votre offre est adaptée à vos besoins, votre facture de gaz sera moins élevée. 

Une fois que vous avez jeté votre dévolu sur une offre, il vous suffit simplement de contacter le fournisseur de gaz détenteur de cette offre en vue d’une souscription

Sachez que cette démarche n’entraîne aucuns frais de résiliation car aucune offre d’énergie n’est soumise à un engagement.

De plus, chez ekWateur, on s’occupe même de la résiliation avec votre ancien fournisseur. Pourquoi se priver ? 😉

Quelles sont nos offres de fournisseur de biogaz ?

ekWateur a été le premier fournisseur d’énergie en France à proposer une offre de gaz 100% biométhane ou gaz bio.

Sans changer d’installation ni d’habitude, vous pouvez ainsi passer à un gaz 100% renouvelable produit en France.

En tant que fournisseur de biogaz nous proposons deux offres de gaz bio :

  • Une offre comportant 5% de biométhane à un tarif plus accessible tout en soutenant la filière biométhane.
  • Une offre comportant 100% de biométhane

Alors, on vous l'avait bien dit que vous alliez devenir un-e expert-e du gaz à la fin de cet article non ? Toutes nos félicitations pour être arrivé-e jusqu’ici ! Il ne vous reste plus qu'à opter pour le gaz et le fournisseur qui vous convient le mieux. Vous pouvez aussi faire un devis chez nous si le cœur vous en dit 😉.

 

*Source : bilan GES ADEME

100% renouvelable, 0% contraignant