Vous préférez parler à une vraie personne ? Notre centre d’appel du Mans est là pour ça
09 77 40 66 66
(prix d’un appel local, même si vous habitez loin du Mans)

La Coupe du Monde de Rugby 2019

Le blog ekWateur

13 septembre 2019

Un événement tel que la Coupe du Monde de rugby peut -il être responsable ?

Le 20 septembre prochain, l’équipe du Japon ouvrira face à la Russie, la Coupe du Monde de Rugby 2019. Au programme : 48 matchs entre 20 équipes dans 12 stades à travers le Japon. Que pouvons-nous dire des impacts de ce type d’événement sur l’environnement ? Chez ekWateur nous nous sommes penchés sur le sujet.

Un événement tel que la Coupe du Monde de rugby peut -il être responsable ?

Quels sont les engagements qu’un sport collectif peut prendre afin d’être le plus responsable possible ? Est-ce qu’un sport peut être écoresponsable ? Quels sont les stades français les plus écoresponsables ? Quelles ont été les mesures environnementales prises par les dirigeants ? Sur qui pouvons-nous prendre exemple ? Comment réduire son impact lors d’événements sportifs aussi importants ?

Nous vous invitons, avant de profiter des matchs, à nous suivre dans une étude sur l’impact environnemental des événements sportifs.

Une gestion du stade

Que représentent les 8 000 m2 de pelouse d’un stade ?

Il est vrai que les pelouses des stades ainsi que les mentalités évoluent pour rendre les rencontres et les infrastructures éco-responsables. Pour des raisons esthétiques, de sécurité du joueur et de mouvement du ballon, la pelouse doit rester parfaitement verte et grasse. Les acteurs du secteur ne manquent pas d’idées pour faire évoluer les infrastructures, preuve en est avec la technologie « AirFibr », la première pelouse 100 % naturelle enracinée dans un substrat artificiel composé d’un mélange de liège, de sable et de microfibres synthétiques.

Qui dit pelouse dit-il nécessairement pesticide ? Cela dépend des pays, par exemple, pour les stades en Russie il n’y a pas de réglementation au niveau de l’utilisation des pesticides. Cependant, afin d’éviter l’utilisation de produits désherbants qui pourraient stimuler l’apparition de maladies résistantes, des solutions telles que la lumière UV peuvent être utilisées. Selon Bertrand Picard, fondateur de la start-up Natural Grass spécialisée dans les matériaux innovants végétalisables : "Cette solution est déjà une pratique courante dans les serres de roses en Hollande et est de plus en plus utilisée pour les stades de football". "Ces UV vont directement attaquer l’ADN. La maladie ne pourra donc pas se reproduire ni se propager. L’idée est d’enrayer la maladie avant qu’elle ne cause des dégâts visuels sur le gazon. Si on contrôle la maladie, on limite ainsi l'utilisation de produits chimiques", confirme Sylvain Duval, expert européen du gazon pour l’UEFA (euro 2016). (1)

La coupe du monde de rugby peut-être responsable ?

Nous pouvons facilement nous représenter l’importance de tels évènements : l’électricité utilisée, les transports, les déplacements, les infrastructures, le chauffage ou la climatisation. Sans compter tous les éléments extérieurs : tels que la production de déchets dans les stades, la nourriture, les boissons consommées durant le match.

Le classement des stades les plus écoresponsables

C’est un fait, les stades sont de gros consommateurs d’eau et d’énergie. Ils ont comme chaque infrastructure et chacun d’entre nous une empreinte écologique, surtout lors d’événements tels que la Coupe du Monde de Rugby. À notre échelle française, quelles ont été les actions mises en place pour réduire notre facture ? Zoom sur les stades les plus novateurs. (2)

Notre top des stades français écoresponsables

En France, nous ne sommes définitivement pas en manque de stades. Les Français, grands passionnés de foot ont construit de nombreux stades sur leur territoire. Dans le domaine de l’éco-responsabilité, la France possède ses petits joyaux : le stade Allianz Riviera de Nice ou en encore le stade Geoffroy-Guichard de Saint-Étienne, tous les deux équipés d’une production photovoltaïque permettant de satisfaire leurs besoins en énergie lors des matchs. (3) (4)

Voici les stades les plus avancés en matière d’éco-responsabilité en France : dans ce classement sera pris en compte la production d’énergie renouvelable, l’optimisation de la consommation d’eau et de leurs initiatives écoresponsables individuelles.

  • MARSEILLE | Le stade : Orange Vélodrome         
    Il est le premier stage français certifié ISO 2012-1, une norme certifiant une gestion positive de son impact économique ; environnemental et sociétal tout en produisant un minimum de déchets matériels, de consommation d’énergie ou de contraintes pour les collectivités locales. L’Orange Vélodrome a été construit au-dessus d’une station d’épuration dont il tire l’énergie pour la transformer en chaleur ou en climatisation. Leur système de collecte d’eau de pluie leur permet d’alimenter l’arrosage de la pelouse et des sanitaires et grâce à l’énergie de leurs trois éoliennes le stade peut pomper son besoin en eau dans la station d’épuration. (5)

  • NICE | Stade : Allianz Riviera      
    Le stade est équipé d’une centrale de panneaux photovoltaïques de 7 000 m2 (400 panneaux) qui permet au stade Allianz Riviera de produire lui-même toute sa consommation d’électricité durant un match. Le stade possède un système de collecte d’eau de pluie et trois bassins de récupération de 300 m3 chacun, dont la moitié est réservée aux pompiers. L’eau est utilisée pour les sanitaires ainsi que pour l’arrosage de la pelouse. Le stade possède un système de canalisation du vent des plaines afin de rafraîchir et de ventiler naturellement le stade. (3)

  • SAINT-ÉTIENNE | Stade : Geoffroy-Guichard                      
    Le stade a installé plus de 2 600 m² de panneaux photovoltaïques, ce qui lui permet de produire 200 000 kWh d’électricité par an. Il possède un système de collecte de pluie pour l’entretien des pelouses et un récupérateur d’eau de pluie d’une capacité de 450 m3. (4) Le stade travaille en lien avec un lycée agricole qui récupère tous les déchets organiques pour en faire du compost. 30 % de l’alimentation du groupe électrogène est du biodiesel composé d’huile de friture recyclée, elle est collectée auprès de restaurants par une association qui s’occupe de personnes en réinsertion. De plus, l'isolation du stade a été renforcée et à la place des radiateurs électriques, des pompes à chaleur ont été installées pour chauffer les vestiaires, les salons ainsi que les bureaux.

  • LYON | Stade : Parc Olympique Lyonnais             
    Le stade possède un système de collecte d’eau de pluie afin d’arroser les pelouses et les espaces verts ainsi que deux bassins de stockage d’eau de 1600 m3 et de 300 m3. Le stade s’approvisionne en électricité renouvelable, possède un système de géothermie et de dons des invendus à la Banque Alimentaire du Rhône, ainsi que des ruches.

  • LILLE | Stade : Stade Pierre-Mauroy.
    Le stade est équipé de deux éoliennes, de 170 m2 de panneaux photovoltaïques et récupère l’eau de pluie pour l’arrosage de la pelouse.

  • MENTION SPÉCIALE – Non-utilisation d’eau | SAINT-DENIS :
    Le stade ne collecte pas d’eau de pluie, mais en 2016, 188 urinoirs sans eau ont été installés, ce qui permet d’économiser 300 000 litres d’eau/an.

En route pour des matchs plus responsables :

Depuis janvier 2017, le Ministère de la Jeunesse et des Sports et l’organisme WWF ont créé une « Charte des 15 engagements écoresponsables », qui vise des objectifs ambitieux et chiffrés concernant le respect de l’environnement et celui de la responsabilité sociale et sociétale. Cette charte a été validée et signée par 22 personnes et associations influentes du milieu sportif professionnel. Ces signataires sont responsables de la mise en place de l’organisation de grands évènements sportifs. Ces 15 engagements écoresponsables démontrent une volonté des clubs et des stades d’améliorer l’impact social et environnemental du rugby français, mais aussi de participer à la construction d’un sport durable.

Charte des 15 engagements écoresponsables sur les événements sportifs

Cette Charte permet d’avoir des objectifs ambitieux et numérotés afin de faire de l’environnement une exigence dans l’organisation de grands événements sportifs en France. Elle confirme que l’impact environnemental des grands événements sportifs internationaux en France est au cœur du cahier des charges des organisateurs. (6)

Ces 15 engagements dirigent les organisateurs jusqu’en 2020 sur les phases de montage, de démontage et de déroulement de l’événement (hors construction des infrastructures). Parmi ces engagements écoresponsables, nous nous sommes sentis beaucoup plus concernés par les engagements suivants :

  • 2ème engagement : 80 % minimum des déplacements effectués en mobilité active (marche, vélo, trottinette, roller), transports en commun ou covoiturage.
  • 3ème engagement : 80 % des achats (hors alimentation) intégrant des critères de sélection RSE
  • 4ème engagement : 25 % de déchets en moins et 60 % de déchets recyclés ou réutilisés.
  • 6ème engagement : 100 % de la consommation d’énergie d’eau maîtrisée et optimisée.
  • 15ème engagement : une action de sensibilisation à l’éco-responsabilité, comme : 1 action favorisant l’accessibilité à des personnes défavorisées ou 1 innovation « écoresponsable » expérimentée lors de l’événement ou 1 action favorisant la parité Femme/Homme dans les postes à responsabilités.

Si on regarde du côté du monde du ballon rond, la FIFA a quant à elle promis de compenser ses émissions de gaz carbonique en finançant des projets pour replanter des forêts.

La Fédération Française de Rugby publie son guide des écogestes !

Depuis 2011, la Fédération Française de Rugby (la FFR) s’est engagée dans la mise en œuvre d’une stratégie de Développement Durable et Responsable. Elle a créé un guide afin que chacun et chacune, touché par le rugby puisse devenir un « ambassadeur du développement durable ». Ce guide est un condensé de 15 gestes simples à mettre en œuvre au quotidien pour réduire notre impact sur l’environnement. (7)

Nous aussi chez ekWateur, vous proposons un condensé d’astuces pour vous aider à faire des économies d’énergie au quotidien : https://ekwateur.fr/2019/03/06/economies-electricite-conseils/

offre électricité renouvelable

Le plus gros impact ? La consommation durant le match

Malgré les apparences, le facteur ayant le plus d’impact sur son environnement, ne sont pas les infrastructures ou les boissons produites pour l’événement, mais bien la consommation amenée lors de ce type d'évènement ! Eh oui, la production de déchets liée à la consommation qui pollue le plus car l'usage des cup, emballages, canettes est à son pic lors des matchs. Par exemple, durant l’Euro 2007 en France, nous avons consommé 778 tonnes de déchets dans les stades : soit l’équivalent de la production de déchets d’un an de 2000 individus. Pour un événement mondial comme la Coupe du Monde de Rugby, l’affluence risque d’être encore plus forte et promet des chiffres encore plus importants.

L’impact environnemental le plus important lors d’événements sportifs sont les déplacements ! Que ce soit pour aller dans le pays concerné, aller au stade, au bar ou chez des amis, tous les spectateurs qui vont se déplacer vont rapidement augmenter l’empreinte carbone de l’événement.  Par exemple : Lors de la Coupe du Monde de Rugby en 2007, le déplacement des spectateurs représentait 84 % des émissions de CO2 de l’événement, soit 480 000 tonnes de CO2 ! Entre les déplacements en avion, en train ou en voiture effectués par des millions de spectateurs, les émissions de CO2 explosent très vite. (8)

Nous devons réaliser que la Coupe du Monde de Rugby 2019 au Japon va drainer des millions de spectateurs : sur place, devant leur télévision ou dans des lieux publics. La Coupe du Monde de Foot de 2018 en Russie a généré plus de deux millions de tonnes de CO2 émis, ce qui équivaut à l’émission annuelle de CO2 de pays comme le Bénin ou la République du Congo. (9) (10)

En 2007, lors de la Coupe du Monde de Rugby qui se déroulait en France, au pays de Galles et en Écosse, les organisateurs ont demandé une étude sur l’impact environnemental des matchs en France. Le résultat fut d’une empreinte énergétique de 4 700 000 kWh pour 48 matchs, soit environ 9 tonnes de CO2 émises par match.  (11)

Si le fan ne peut se déplacer physiquement sur le lieu de la rencontre, celui-ci le regardera le match à la télévision ou dans les fans zones. La diffusion d’un tel évènement amènera des milliers de spectateurs à se réunir derrière des écrans et la consommation d’énergie s’alourdira. La diffusion de streaming est extrêmement couteuse environnementalement et énergétiquement. (Pour plus d’informations, voir le site : digitalfortheplanet.com) (12)

LES ACTIONS RÉALISÉES SUR LE TERRAIN

Les initiatives des Français :

Rien ne se perd, tout se transforme.

1/ La cigarette et les mégots.

Il est bien souvent commun de voir de belles allées publiques jonchées de mégots de cigarettes. Les mégots happés par la ville se déversent parfois dans les bouches d’égout et polluent les eaux usées et les nappes phréatiques. On va le dire, le mégot est une plaie de recyclage mais, aujourd’hui plusieurs méthodes sont accessibles ! Donner une seconde vie aux mégots est aujourd’hui nécessaire et maintenant possible dans de nombreux endroits et permet d’éviter aux nombreux polluants qui les composent de se déverser dans la nature. Plusieurs entreprises récupèrent les mégots disposés dans les bornes aux entrées des stades et les retraitent (ex : MéGO !). De cette initiative est construite : des palettes de transports, des poubelles ou autres mobiliers composés de mégots. Nous avons pu observer cette initiative sur différents sites tels que : Concarneau, Dinan-Léhon, Saint-Malo et Vannes.

2/ Récupération des denrées alimentaires à Vannes :

A Vannes, le stade a pris des mesures pour lutter contre le gaspillage, les fruits sont récupérés par une association le lendemain des matchs et sont redistribués à des personnes dans le besoin ou auprès des adhérents. De temps en temps les cuisiniers retravaillent les produits afin d’en créer, plats, soupe, smoothies …

3/ Du matériel écoresponsable :

  • Un maillot d’équipe : pour la première fois en France une équipe de rugby porte un maillot composé à 100 % de déchets recyclés : le club d’Aveyron Bayonnais. La Water Family (sponsor) et les équipements Kappa se sont unis pour sortir le premier maillot écoresponsable. C’est dans une usine du Nord de la France qu’a été fabriquée une tunique composée de fil Seaqual. Un fil produit entièrement de déchets plastiques et qui respecte toutes les exigences techniques standards telles que la résistance, la respirabilité ou le confort nécessaire aux équipements de rugby. (14)

  • Un gobelet écoresponsable : à partir de 2020, la loi interdira les plastiques à usage unique. Les gobelets réutilisables sont une solution afin de diminuer les déchets plastiques.

  • Un ballon écoresponsable : cette initiative a été observée dans le milieu du foot mais facilement transposable dans le milieu du rugby. "Le ballon est conçu avec un revêtement extérieur en ECO-PET, issu du recyclage de bouteilles en plastique. Il prend ainsi en compte les contraintes du monde actuel et minimise son impact sur l'environnement à travers sa fabrication écoresponsable." (15)

Un avenir prometteur :

Il est certain que les événements sportifs ont de beaux jours devant eux et favorisent le rassemblement. Il est cependant indispensable de continuer à mettre en place des actions concrètes pour la préservation des sportifs, des spectateurs, ainsi que pour la préservation de l’environnement et des terrains de jeu !

offre électricité renouvelable

Sources :

  1. Mondial de football : les pelouses peuvent-elles être écolo ? https://www.linfodurable.fr/environnement/mondial-de-football-les-pelouses-peuvent-elles-etre-ecolo-4241
  2. Euro 2016 : quel est le stade le plus éco-responsable ? https://www.up-inspirer.fr/26558-euro-2016-stade-plus-eco-responsable
  3. Allianz Riviera de Nice, les engagements du développement durable : https://www.allianz-riviera.fr/fr/introduction/d%C3%A9veloppement-durable
  4. Le stade Geoffroy-Guichard de Saint-Etienne : http://www.geoffroy-guichard.com/renovation-euro-2016/
  5. Grâce à son "management responsable", l'Orange Vélodrome est le premier stade français certifié : https://www.eurosport.fr/football/grace-a-son-management-responsable-l-orange-velodrome-est-le-premier-stade-francais-certifie_sto6487165/story.shtml
  6. Charte des 15 engagements éco-responsables des évènements sportifs http://www.sports.gouv.fr/accueil-du-site/Zoom-sur/article/Charte-des-15-engagements-eco-responsables-des-evenements-sportifs
  7. La Fédération Française de Rugby publie son guide des écogestes : http://developpement-durable.sports.gouv.fr/m/ressources/details/la-federation-francaise-de-rugby-publie-son-guide-des-eco-gestes/258
  8. Coupe du Monde Rugby : 570000 tonnes de CO2 : http://www.univers-nature.com/actualite/societe-lois-politique/coupe-du-monde-de-rugby%C2%A0-570%C2%A0000-tonnes-de-co2-54858.html
  9. Le sport de compétition peut ‘il être responsable ? https://made-nature.com/le-sport-de-competition-peut-il-etre-ecoresponsable/
  10. Coupe du monde 2018 : la consommation de saucisses ruinera le bilan carbone https://www.rtl.fr/sport/football/coupe-du-monde-2018-la-consommation-de-saucisses-ruinera-le-bilan-carbone-7793762640
  11. Euro 2016 : l’empreinte écologique démesurée du football en question : https://e-rse.net/euro-2016-impact-environnement-ecologie-20330/#gs.28uyv0
  12. Digital for the planet : https://digitalfortheplanet.com/presentation_fr.html
  13. Une coupe du monde éco-responsable : https://footbretagne.fff.fr/simple/une-coupe-du-monde-eco-responsable/
  14. Un nouveau maillot écoresponsable pour l’Aveyron Bayonnais : https://www.sportmag.fr/rugby/un-nouveau-maillot-eco-responsable-pour-laviron-bayonnais/
  15. Umbro présente la nouvelle version du ballon de la coupe de la ligue :  https://www.lfp.fr/coupeLigue/article/umbro-presente-la-nouvelle-version-du-ballon-de-la-coupe-de-la-ligue.htm