Vous préférez parler à une vraie personne ? Nos centres d'appels au Mans, à Reims et à Amiens sont là pour ça
09 77 40 66 66
(prix d'un appel local, même si vous n'habitez pas dans le coin)

L’impact des transports sur l’environnement

Le secteur du transport est le premier émetteur de gaz à effet de serre et ses impacts sur l’environnement sont nombreux : pollution de l’air, de l’eau, nuisance sonore, modification des paysages ou encore contribution au changement climatique.

15 juillet 2020

1. Le transport et les émissions de CO₂

Le transport routier est la première source d’émissions de CO₂, principal responsable du réchauffement climatique. Il est responsable de 33% des émissions de CO₂ en France, selon Ministère de la transition écologique et solidaire. C'est donc le moyen de transport qui émet le plus de CO₂ dans l'atmosphère.

Emissions de gaz à effets de serre produits par les différents secteurs

Selon l’Agence européenne pour l’environnement, en 2016, toutes les émissions de CO₂ produites par les transports terrestres sont à 44.4% émises par des véhicules particuliers, 18.4% par des poids lourds et des autobus, 8.4% par des véhicules utilitaires légers et 0.9% par les deux roues.

Emissions de gaz à effets de serre produits pa rles différents modes de transports

Icones des différents modes de transports utilisés par l'homme

2. Le transport et la pollution de l’air

Le secteur du transport, principalement celui du trafic routier est responsable de la majorité des particules fines qui polluent l’air extérieur. En octobre 2013, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a classé la pollution de l’air extérieur comme cancérigène pour l’homme. Les polluants atmosphériques et particulièrement les particules fines présentent un enjeu sanitaire majeur. En France, une exposition prolongée aux particules fines PM 2,5 réduit l’espérance de vie de 8,2 mois et les PM10 sont à l’origine de 6% des décès prématurés sur notre territoire.  

Les recherches de la santé publique ont renforcé le lien entre la pollution de l’air extérieur et celui des pathologies respiratoires et cardiovasculaires. Elles mettent en lumière les effets néfastes sur la reproduction et sur le développement fœtal et neurologique des nouveau-nés. Aujourd’hui les coûts de santé liés à la pollution de l’air (décès prématurés, bronchites chroniques, etc.) représenteraient entre 20 et 30 milliards d’euros par an en France.

offre d'énergie renouvelable

3. Les nuisances sonores causées par les transports

Les transports sont bruyants et sont responsables d’une grande partie des nuisances sonores que nous connaissons. En France, pas moins de 10 millions de personnes sont exposées à des bruits supérieurs à 65dBA, dont 3 millions, exposées à des niveaux supérieurs à 70dBA. À savoir, le seuil acoustique de confort est fixé à 55dBA.

À chaque transport ses désagréments sonores :

- Les nuisances sonores des transports routiers avec le bruit du roulement des pneus sur la chaussée et du moteur.
- Les nuisances sonores des transports ferroviaires avec le bruit du contact des roues sur les rails, celui du freinage ainsi que le bruit des moteurs diesel des trains non électriques.
- Les nuisances sonores des transports aériens avec le bruit des groupes de motopropulseurs ainsi que des phases d’atterrissages et de décollages.
- Les nuisances sonores des transports maritimes avec le bruit des moteurs, des sonars militaires et des bateaux de plaisance et autres jet-skis le long des côtes.

Des évaluations réalisées en 2011 et en 2015 par Bruitparif et l’Observatoire régional de santé Île-de-France (ORS Île-de-France) ont relevé plusieurs impacts liés aux bruits des transports :

- Perturbations du sommeil
- Infarctus du myocarde
- Acouphènes
- Gênes diverses

Sur cette base d’étude, il a pu être estimé en février 2019 que le bruit des transports en zone dense de l’Île-de-France était responsable d’une perte de 10,7 mois par habitant en moyenne au cours d’une vie entière. Cette perte pouvant dépasser trois ans pour les personnes les plus exposées au bruit. En 2015 les résultats obtenus étaient d’une perte de 7,3 mois par habitant en moyenne et de 18 mois pour les habitants les plus exposés. La hausse observée au cours des 4 années écoulées est donc considérable.

4. La pollution du transport sur le milieu aquatique

Les infrastructures liées au transport entrainent des modifications dans les milieux aquatiques, d’une part sur les eaux de surface et d’autre part sur les eaux souterraines. Les transports modifient directement ou indirectement les écoulements des ruisseaux. L’eau de pluie qui lessive les surfaces asphaltées des zones urbaines peut entrainer une pollution diffuse en métaux et hydrocarbures des stations d’épuration. En zone rurale, cette pollution peut atteindre les sols, les nappes phréatiques, les cours d’eau et donc notre consommation.

De plus, dans le transport maritime, nous dénombrons quelques catastrophes écologiques liées aux naufrages de navires pétroliers. Cette pollution pourrait entrainer, à long terme, des extinctions de masse de certaines espèces aquatiques.

De même, les nuisances sonores liées au transport maritime brouillent les lignes de communication utilisées par les animaux marins. Autrefois, deux baleines bleues pouvaient communiquer à travers des océans différents, mais aujourd’hui leur capacité de communication a été réduite de 90% en raison de la pollution sonore générée par les activités humaines. Cela a un impact très important sur la cohésion des groupes et sur leur capacité à trouver un partenaire, fragilisant la conservation de ces espèces marines menacées.

Recevez notre sélection d'articles autour de la transition écologique

Laissez-nous votre adresse email pour recevoir toutes nos astuces pour un futur plus vert. 🌱🌍 

5. L’utilisation de l’espace par les transports

L’utilisation de l’espace lié au développement du secteur du transport entraine un fort impact sur la faune, la flore, le patrimoine, l’agriculture ou encore sur notre qualité de vie.

La création d’axes de transports entraine des coupures et des problèmes de franchissements pour les individus et pour la faune. Cela a pour conséquence d’allonger les trajets piétons ou cyclistes en zone urbaine, ainsi que l’accroissement du sentiment d’insécurité lié aux accidents routiers. En zone rurale, ces infrastructures peuvent impliquer de couper des chemins, diminuer l’attrait touristique d’une région et le lieu de vie de certaines espèces animales.

 

L’impact des transports sur l’environnement et sur l’homme se ressent à tous les niveaux : local, global, à court et à long terme. Depuis les années 90, nous observons les conséquences de notre mobilité sur nos modes de vie. Malgré l’éveil de la conscience collective sur le sujet, il est possible d’aller encore plus loin ensemble. Si vous aussi, vous souhaitez lutter contre les problèmes liés aux transports et réduire vos émissions de CO₂, vous pouvez opter pour les transports publics, ou si, dans l’immédiat, vous passer de votre voiture vous semble impossible, optez pour une voiture électrique alimentée en électricité verte ;)