Vous préférez parler à une vraie personne ? Nos centres d'appels au Mans, à Reims et à Amiens sont là pour ça
09 77 40 66 66
(prix d'un appel local, même si vous n'habitez pas dans le coin)

Mobilité durable : qu’est-ce que c’est et quel est son impact sur l’environnement ?

L’internationalisation des pays a conduit à de nombreux changements. Les déplacements de longue durée se sont démocratisés et la densification des villes a considérablement rallongé les temps de trajet domicile-travail des Français-es. Les individus voyagent et travaillent de plus en plus loin de chez eux. Selon l’ADEME, 1 milliard de voitures sont en circulation sur Terre et près de 4.4 milliards de personnes ont pris l’avion en 2018. Un trafic qui ne reste pas sans conséquences sur l’environnement. Des solutions sont apparues pour permettre de concilier mobilité et développement durable.

22 mars 2021

Mobilité durable, active, douce et alternative : quelles différences ?

Commençons par quelques définitions (promis, on ne sera pas longs 😉). Mobilité durable, active, douce ou encore alternative : qu’est-ce qui les différencie ? Ces notions font-elles toutes partie de ce que l’on appelle la mobilité durable ? En effet, la mobilité durable est un terme parapluie englobant plusieurs approches du déplacement de demain. Bien que ces notions concernent les modes de transport, leurs objectifs diffèrent. Focus.

Qu’est-ce que la mobilité durable ?

Ce terme est né de la prise de conscience des individus quant à l’impact de leurs déplacements sur l’environnement. En effet, les infrastructures et les réseaux de transport font partie des activités humaines les plus polluantes. La mobilité durable a pour principe de permettre à tous-tes de se déplacer en fonction de leurs besoins avec des moyens de locomotion plus respectueux de l’environnement.

Qu’est-ce que la mobilité active ou écomobilité ?

La mobilité active englobe les formes de transports non motorisés qui n’utilisent que la force physique humaine, telles que : la marche à pied, le vélo, la trottinette, le pédibus ou encore les rollers. À la différence de la mobilité durable, qui a été pensée dans un but de préservation de l’environnement, la mobilité active a pour but de préserver notre corps. L’hyper industrialisation des sociétés modernes apporte un confort quotidien conséquent qui peut parfois nuire à notre santé.

Cette mobilité dite active a deux vertus : elle induit des émissions de CO₂ quasiment nulles, donc un impact environnemental minime et elle encourage l’activité physique, nécessaire à notre bonne santé.

 

Qu’est-ce que la mobilité douce ?

La mobilité douce englobe, en plus des moyens de locomotion non motorisés, les modes de transport silencieux et plus respectueux de l’environnement comme les vélos et voitures électriques, les véhicules hybrides ou encore les bus alimentés au gaz naturel.

Cette troisième approche n’a pas de visée écologique ou sanitaire, elle cherche à lutter contre les nuisances citadines inhérentes à l’hyperdensité des déplacements, à savoir : la pollution sonore et la pollution de l’air.

offre d'énergie renouvelable

Qu’est-ce que la mobilité alternative ?

Enfin, la mobilité alternative est, quant à elle, liée à l’idée que les modes de transports et l’hyperdensité du trafic sont néfastes aux villes, à notre corps et à la planète. La mobilité dite alternative est donc un consensus des trois approches précitées. Elle encourage chacun-e à se déplacer en fonction de ses besoins et capacités physiques, en utilisant des moyens de locomotion plus écoresponsables.

La mobilité durable

Pourquoi envisager une mobilité plus durable ?

Les modes de déplacements actuels ainsi que la densité du trafic nuisent à notre santé et à notre confort de vie. Que ce soit à court, à moyen ou à long terme, les conséquences sont nombreuses.

Les chiffres suivants ne trompent malheureusement pas :

  • 48 000 personnes par an décèdent de maladies causées par la pollution de l’air
  • 25 millions de personnes sont significativement affectées par le bruit des transports dont 9 millions à des risques critiques pour la santé
  • 80% des émissions de GES sont dues au transport routier dont 30% à l’usage des voitures

Si nous n’avons pas encore le recul suffisant pour mesurer avec exactitude les impacts de la mobilité durable, l’ADEME s’accorde à dire qu’elle engendrera de nombreux bénéfices sur notre cadre de vie, notre santé et notre planète.

Pour changer les choses, il est important que chacun repense son quotidien et sa mobilité. Toujours selon l’ADEME, 38 % d’entre nous ont déjà pris conscience que leurs trajets peuvent s’effectuer avec des moyens de transport plus propres. Le début d’une prise de conscience massive ?

Nous l’espérons 😉.

Quelles sont les actions mises en place pour une mobilité durable ?

Voici quelques exemples d’actions menées afin de mettre en place une mobilité plus durable :

  • La démocratisation des trajets à vélo : l’installation du service Velib’ dans près de 55 communes en France a grandement encouragé l’usage du vélo. La création et l’expansion des pistes cyclables dans les grandes villes encouragent et sécurisent les cyclistes. L’application a enregistré pas moins de 40 millions de courses à vélo en 2020 !
  • Les aides financières : aide communale, régionale ou même nationale. Il existe également des aides financières pour l'achat d'un vélo électrique !
  • Vous êtes salarié dans une entreprise et vous allez au travail en métro, bus, tramway ou avec un vélo loué ? Votre employeur a l’obligation de vous rembourser la moitié du montant de votre abonnement de transport (qu’il soit hebdomadaire, mensuel ou annuel). De plus, dans le cadre du forfait « mobilités durables », l’employeur peut aussi « rétribuer » les salariés qui effectuent le trajet domicile-travail avec un moyen de transport alternatif (véhicule électrique, hybride, covoiturage, trottinette ou vélo).
  • L’expansion des transports en commun : il y a de plus en plus de lignes de bus, métro et trains. Ces services proposent généralement des abonnements et tarifs avantageux pour en encourager l’usage.
  • Les applications et plateformes dédiées au covoiturage : parmi les plus connues et utilisées, BlaBlacar et BlaBlalines (covoiturage domicile-travail). Blablacar a annoncé que le partage des véhicules sur l’application permet d’éviter l’émission de 1,6 million de tonnes de CO₂ par an, soit l’équivalent de 762 allers-retours Paris / New York en avion !
  • La Loi de transition énergétique pour la croissance verte : Depuis 2018, les entreprises de plus de 100 salariés doivent obligatoirement disposer d’un plan de mobilité (PDM). Ces plans proposent, par exemple, la mise en place de chèques taxis ou chèques covoiturage et de navettes d’entreprises pour les déplacements professionnels.
  • La sensibilisation et l’éducation : le gouvernement prend conscience de l’importance de la sensibilisation et de la transmission des bons gestes aux générations futures.
  • Les auto-écoles font partie des acteurs responsables de cette sensibilisation, notamment lors de l’enseignement de l’écoconduite (conduite plus souple et moins énergivore).
  • Les évènements dédiés à la mobilité : la semaine européenne de la mobilité a eu lieu en septembre dernier. L’objectif de cet évènement est de sensibiliser et d’informer les individus afin d’inciter un maximum de personnes à adopter une méthode de déplacement plus douce et respectueuse de l’environnement.

Mobilité durable : quel avenir pour nos différents déplacements ?

Selon l’ADEME, l’avenir des déplacements nécessite une approche transversale des problèmes liés aux transports humains. Le transport de demain doit être pensé autour de 3 axes différents :

  • Économique : un transport créateur d’emploi et à un coût raisonnable
  • Sociétal : un transport adapté aux besoins et aux capacités de chacun-e, tout en étant équitable, sécuritaire et compatible avec notre santé
  • Environnemental : un transport qui réduit drastiquement la consommation de ressources, la pollution sonore, les émissions de gaz à effet de serre et la production de déchets

L’inclusion de ces notions permettra de repenser les déplacements humains de façon à développer une mobilité pratique et écologique soit, une mobilité plus durable.

 

Ça vous tente ? Si vous comptez utiliser un mode de transport électrique, n’oubliez pas d’opter pour un fournisseur d’électricité 100% renouvelable 😉. Autant aller jusqu’au bout de votre démarche vertueuse non (et en plus c’est, dans la très grande majorité des cas, moins cher) ? Et puis, se déplacer à pied, en vélo ou en trottinette, c’est quand même plus agréable le matin vous ne trouvez pas ? 😊