Vous préférez parler à une vraie personne ? Nos centres d'appels au Mans, à Reims et à Amiens sont là pour ça
09 77 40 66 66
(prix d'un appel local, même si vous n'habitez pas dans le coin)

Publicité et réchauffement climatique : Google veut limiter la désinformation

Clap de fin pour la publicité mensongère qui réfute le réchauffement climatique ! Google, à travers sa régie publicitaire Google Ads a fait part le 7 octobre d’un changement important de ses politiques. Les annonces climatosceptiques seront désormais interdites. Pourquoi une telle décision de Google ? Comment s’appliquera-t-elle ? ekWateur, fournisseur d’énergie renouvelable, a épluché les conditions générales de Google Ads. 🧐 Sans plus attendre, on vous explique tout ! 

14 octobre 2021

Quelles seront les annonces interdites sur Google ?

« Nous annonçons aujourd'hui une nouvelle politique de monétisation pour les annonceurs, les éditeurs et les créateurs YouTube de Google qui interdira les publicités et la monétisation de contenus qui contredisent le consensus scientifique bien établi sur l'existence et les causes du changement climatique » a fait savoir le moteur de recherche le 7 octobre dernier. La publicité climatosceptique n’aura plus sa place à partir du 6 décembre.

Qu’est-ce que cela signifie plus concrètement ? Cela veut dire que Google interdira : 

  • La publicité sur les sites qui nient le réchauffement climatique. Les propriétaires de ces sites web ne pourront donc plus obtenir de recettes publicitaires de la part de Google ; 
  • Les publicités faisant la promotion du climatoscepticisme sur des sites traitants d’autres sujets. 

Pour évaluer le caractère scientifique des annonces, Google prend les données les plus pointues. Il se basera sur les rapports du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC).  

Offre d'électricité renouvelable

Google démonétise le contenu climatosceptique

Fin de la pub climatosceptique : une mobilisation contre les fake news ? 

Oui et non ! Google ne le présente pas forcément ainsi. Le groupe de Sundar Pinchai et sa filiale Youtube mettent davantage en avant l’argument économique. Comme l’explique Google "Les annonceurs ne souhaitent tout simplement pas que leurs annonces apparaissent à côté de ce contenu. Et les éditeurs et les créateurs ne souhaitent pas que des publicités faisant la promotion de ces revendications apparaissent sur leurs pages ou vidéos". 

En tant que société privée, l’entreprise fait valoir son droit à choisir les contenus qu'elle publie. Il faut dire que l’enjeu est de taille pour le groupe. Selon les Échos, Google tire 85 % de ses revenus de la publicité (chiffres 2018).  

Ce n’est pas la première fois qu’il prend une telle mesure. En 2014, par exemple, le géant du numérique a retiré de sa régie publicitaire Adwords les annonces à caractères pornographiques. 

Une première étape contre les intox

Outre l’argument purement économique, on peut y voir un vrai engagement du groupe. En choisissant de refuser la publicité climatosceptique ou la monétisation de contenus climatosceptiques, Google fait un pas en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique. 

Comme le veut l’adage latin, « scientia potentia est ». (Cela veut dire « l’information, c’est le pouvoir », pour ceux et celles dont les cours de 5ème sont un peu loin 😉). « La décision importante de Google de démonétiser la désinformation climatique pourrait inverser le cours de l’économie du climatoscepticisme » a fait savoir Fadi Quran, président de l’ONG américaine Avaaz. En effet, les sites web qui nient le réchauffement climatique auront moins d’occasions de (dés)-informer. Conformément à son slogan, « Do the right thing », l’entreprise décide de faire « ce qui est juste » en limitant les intox.

C’est un premier pas. Le groupe Alphabet aurait pu aller encore plus loin en déréférençant ces sites de son moteur de recherche. Ce n’est pas le cas aujourd’hui. Ceux-ci resteront indexés. Simplement, ils devront opter pour un modèle économique qui ne dépend pas de la publicité de la régie Google Ads.

Recevez notre sélection d'articles autour de la transition écologique

Laissez-nous votre adresse email pour recevoir toutes nos astuces pour un futur plus vert. 🌱🌍 

Google : une stratégie de développement en faveur de l’écologie

Google va au-delà de son engagement contre les publicités mensongères sur la situation climatique. Il proposera bientôt une batterie de services permettant aux usager-es de réduire leur empreinte carbone sur ses rubriques :

  • Maps 🗺 ; 
  • Flights ✈️ ; 
  • Hôtel 🏨 ; 
  • Shopping 🛍. 

Ainsi, sur Maps et Flight seront proposés les trajets les plus écoresponsables. Les engagements en faveur du climat mis en place par le secteur de l’hôtellerie sont également promus. L’internaute pourra voir si l’hôtel a « pris des engagements environnementaux significatifs », ou s’il dispose d’un label (EarthCheck, Green Key, etc.).

Enfin, sur l’onglet Google Shopping, le géant du web s’évertuera à mettre en avant les produits les moins gourmands en énergie. Il présentera, par exemple, les lave-vaisselles ou réfrigérateurs avec la meilleure étiquette énergie

🖐 PS : La légende veut que Google se soit inspiré d’une petite entreprise française pour engager chacun-e à diminuer son empreinte carbone. 😉 Depuis 2016, ekWateur propose de l’électricité verte et du biogaz à petit prix pour permettre à tous-tes de s’engager dans la transition énergétique. Et comme on sait que cela passe aussi par les économies d’énergie, on propose un blog plein d’astuces pour réduire votre consommation. 💚

PS 2 (pas la console de jeux de Sony 😉) : En parlant de publicité, vous avez vu notre dernière campagne ? 🦖