Vous préférez parler à une vraie personne ? Nos centres d'appels au Mans, à Reims et à Amiens sont là pour ça
09 77 40 66 66
(prix d'un appel local, même si vous n'habitez pas dans le coin)

Célébrons la journée mondiale de l’eau ! 💧

Elle est essentielle à notre vie, elle est partout jusque dans le surnom de notre belle planète (la planète bleue 🌍) et pourtant, on commence à en manquer gravement. Vous avez deviné 😉 ? Le 22 mars n’est autre que la journée mondiale de l’eau ! Pourquoi organiser cet évènement et pourquoi est-il si important de sensibiliser le plus de monde possible aux économies d’eau ? Plongeons directement dans le sujet. 💧

15 mars 2021

Qu’est-ce que la journée mondiale de l’eau ?

Près de 2,2 milliards de personnes sont concernées par le manque d’eau dans le monde. C’est le malheureux constat de l’UNESCO dans son rapport d’évaluation sur l’état des ressources en eau (WWAP). Un constat qui fait encore plus froid dans le dos en période de pandémie où l’accès à l’eau est indispensable pour prévenir la maladie.

Créée par les Nations Unies en 1993, la journée mondiale de l’eau a pour objectif d’alerter, d’informer et de sensibiliser les individus aux enjeux des ressources en eaux potables. Chaque 22 mars, une thématique liée à l’environnement et à la santé humaine est discutée et les avancées du programme de la « Décennie internationale d’action : l’eau et le développement durable » (2018-2028) sont étudiées.

La journée mondiale de l’eau constitue donc un pilier important dans l’accomplissement de l’un des 17 objectifs du développement durable pour sauver le monde, à savoir « garantir l’accès de tous-tes à des services d’alimentation en eau et d’assainissement gérés de façon durable ».

La  journée mondiale de l'eau

Une journée mondiale de l’eau : pourquoi est-ce si important ?

Avoir accès à une eau potable et saine est indispensable au développement humain et au bien-être. Et malheureusement, nous rentrons peu à peu dans une véritable crise mondiale de l’eau... Voici quelques chiffres de l’IDE concernant l’état des ressources en « or bleu » :  

  • Notre précieuse planète bleue ne compte que 2,5% d’eau potable, le reste est de l’eau salée non compatible avec l’industrie, l’agriculture et la consommation.
  • Près de 70% de l’eau douce est utilisée pour l’agriculture, 20% pour l’industrie et 10% pour l’usage domestique. Parmi ces 10%, seul 1% de l’eau est consommée pour boire.  
  • À l’échelle mondiale, près de 1,7 milliard de personnes vivent dans des régions où l’utilisation de l’eau est supérieure à la quantité disponible ou à la capacité de renouvellement. L’Afrique est le continent qui abrite le plus de pays en stress hydrique.

Pour dire les choses plus simplement :

  • 1 personne sur 10 n’a pas accès à l’eau potable.
  • 1 personne sur 4 boit une eau dangereuse pour sa santé.
  • D’ici 2030, près de 50% de la population mondiale vivra dans des zones en pénurie d’eau.

De plus, il nous semble important de rappeler que nous ne sommes pas tous égaux face au manque d’eau. Selon le ministère de la transition écologique, la consommation journalière moyenne d’un américain est estimée à 600 litres et celle d’un français à 146 litres tandis que celle d’un citoyen d’Afrique sub-saharienne est de 10 litres.

Cette pénurie de l’eau implique aussi une pénurie de nourriture car l’irrigation des cultures et l’élevage nécessitent énormément d’eau.

En effet, selon une infographie de l’IDE, la production d’un kilo de riz consomme 1600 à 6000 litres d’eau et la production d’un kilo de viande de bœuf nécessite près de 15500 litres d’eau.

Selon la PAM (Programme Alimentaire Mondial), près de 21 000 personnes meurent chaque jour de la faim.

Pour en savoir plus, il vous est possible de jeter un œil aux indicateurs de l’eau dans votre pays sur le portail de données Un-Water des Nations Unies.

offre d'énergie renouvelable

Quelles menaces pèsent sur nos réserves d’eau douce ?

Nos réserves d’eau douce, soit 2,5% du volume total d’eau sur la surface du globe (et pas toutes exploitables) sont soumises à diverses menaces : 

  • La pollution bactériologique : Plus de 80 % de l’eau douce que nous consommons n’est pas réutilisée. Les eaux usées par les activités humaines domestiques sont déversées dans les rivières ou la mer sans aucune dépollution. Ces rejets représentent un véritable enjeu de santé publique. Ces eaux transportent des produits, traitements et traces de médicament qui les rendent dangereuses pour la biodiversité. Une des conséquences de ces rejets dans la nature est un phénomène assez surprenant : la féminisation des poissons et reptiles. Les perturbateurs endocriniens présents dans les eaux usées peuvent impacter considérablement le système hormonal de certaines espèces.
  • La pollution chimique et agricole : comme précisé plus haut, près de 20% de l’eau douce exploitée est utilisée pour l’industrie. L’eau est alors chargée de produits dangereux pour la santé (pesticides ...) et de métaux lourds. Ces produits dégradent la faune et la flore marine et font apparaitre des multitudes d’algues nocives aux écosystèmes, c’est la naissance des marées vertes.
  • La pollution maritime : les marées noires en sont le parfait exemple.
  • L’accumulation des déchets plastiques : selon une étude de la fondation Ellen McArthur, il y’aura plus de plastiques que de poissons dans l’océan en 2050 🚯.

Recevez notre sélection d'articles autour de la transition écologique

Laissez-nous votre adresse email pour recevoir toutes nos astuces pour un futur plus vert. 🌱🌍