Vous préférez parler à une vraie personne ? Nos centres d'appels au Mans, à Reims et à Amiens sont là pour ça
09 77 40 66 66
(prix d'un appel local, même si vous n'habitez pas dans le coin)

Induction ou vitrocéramique : une si grande différence de consommation ?

C’est décidé, vous allez vous présenter à Top Chef ! Et, pour vous entraîner, vous avez besoin de plaques de cuisson rapides comme l’éclair (au chocolat). C’est vrai, mais il ne faudrait pas faire flamber votre facture d’électricité 😉. Quelle plaque de cuisson choisir ? Vaut-il mieux opter pour une plaque vitrocéramique ou à induction ? Lequel de ces modèles consomme le moins ? Inutile de vous faire mijoter plus longtemps, on vous apporte la réponse dans ce guide. 

7 octobre 2020

Plaque de cuisson à induction et vitrocéramique : quelle consommation ? 

Avant de nous pencher sur la différence de consommation entre une plaque vitrocéramique et induction, il convient de savoir combien celles-ci utilisent d’électricité. Pour cela, il faut effectuer un calcul rapide. Prêt.e pour un petit cours de maths ? 🤯 Rassurez-vous, ça reste simple ! 

Commençons par préciser les variables de « l’ekWation d’ekWateur » 😉. La consommation d’une plaque de cuisson dépend toujours de deux facteurs, à savoir : 

  • de sa puissance, déterminée en Watt (W) ou kilowatt (kW). Celle-ci varie selon l’intensité du feu et du modèle de la plaque ;
  • de la durée d’utilisation en fonctionnement. Plus le temps de cuisson est long, plus elle consomme. 

Afin de réaliser combien consomme votre plaque, il faut établir le calcul suivant : 

Puissance de cuisson x durée d’utilisation en minutes / 60 = Consommation de votre plaque (W).

Ce calcul est général. Il peut s’appliquer aux plaques de cuisson à induction comme aux plaques vitrocéramiques. Regardons cela plus précisément. 

Puissance et consommation d’une plaque à induction

La table de cuisine à induction repose sur un principe d’électroaimant. Une fois allumée, si elle note la présence d’une casserole ou d’une poêle, elle se met à chauffer. 

Si l’on retire la casserole, le chauffage lié à l’aimant s’arrête automatiquement. À ce moment-là, la plaque perd très vite en chaleur. Cela évite les gaspillages énergétiques. D’autre part, c’est pratique pour des raisons de santé. Il y a moins de risque de brûlures.

La puissance maximale d’une plaque de cuisson à induction varie entre 2000 W et 3000 W. Elle monte rapidement en température. 

Admettons qu’une plaque de cuisson à induction standard témoigne d’une puissance maximale de 2500 W. Pour faire bouillir de l’eau, il faudra compter environ 2 minutes de cuisson à pleine puissance. 

Si l’on reprend notre petit calcul, pour vous préparer un thé, votre plaque consommera environ 83,33 W. En effet, 2500 x 2 / 60 = 83,33 W. 

Pris tout seul, ce chiffre n’a pas beaucoup de sens. Comparons donc maintenant avec une plaque vitrocéramique. 

Une main posée sur une plaque à induction

 

Puissance et consommation d’une plaque vitrocéramique

Les plaques vitrocéramiques sont des modèles plus anciens. Ces systèmes sont constitués d’une résistance placée sous une vitre en verre trempé. Ces plaques chauffent dès qu’on les allume. Elles sont incapables de détecter la présence d’une casserole ou non. Elles montent moins rapidement en température et baissent également plus lentement. 

En général, elles disposent d’une puissance comprise entre 1200 et 2100 W. Basons-nous sur une moyenne de 1650 W. 

Vous aurez besoin de 4 minutes environ pour porter à ébullition l’eau de votre thé (ou tisane, comme vous préférez). Le calcul est donc le suivant : 1650 x 4 / 60 = 110.

Lors de cette opération, votre table vitrocéramique utilisera 110 W d’électricité, soit 30% de plus qu’avec un système à induction. 

Bon à savoir : Pour faire des économies d’énergie avec une plaque vitrocéramique, vous pouvez utiliser l’inertie thermique comme atout. Comme la plaque conserve la chaleur un certain temps, pensez à l’éteindre quelques minutes avant la fin de la cuisson. Elle continuera à chauffer vos aliments sans utiliser d’électricité. Astucieux, non ? 

offre d'énergie renouvelable

Une cuisine avec des plaques induction ou vitrocéramique

Recevez notre sélection d'articles autour de la transition écologique

Laissez-nous votre adresse email pour recevoir toutes nos astuces pour un futur plus vert. 🌱🌍 

Vitrocéramique et induction : différence de consommation et impact sur la facture d’électricité

On l’a vu, le mode de cuisson influe sur la quantité d’énergie utilisée. Avec le cas du thé, on note qu’il existe une différence de consommation entre les deux catégories de plaques. Ces divergences sont plus ou moins prononcées selon le modèle exact de la table, son étiquette énergie, l’entretien, etc. 

D’un point de vue global, selon l’association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir, « une plaque à induction consomme 20 % d’énergie en moins qu’une plaque vitrocéramique ». Et, plus concrètement, comment se traduit cet écart de consommation sur nos factures d’électricité ? Préparez-vous, il va à nouveau falloir chausser vos lunettes de prof de maths. 😉

Prenons l’exemple d’un foyer au tarif réglementé d’EDF, en option base et avec un compteur d’une puissance de 6 kVA. Pour ce ménage, au 1er octobre le prix du kWh d’électricité est de 0,1557 €, conformément à la grille du tarif bleu.  

Avec une plaque vitrocéramique, cette famille utilise 400 kWh d’électricité par an pour la cuisson. Avec une calculette, vous pourrez facilement faire la multiplication pour déterminer le montant de la facture de cuisson. Si vous êtes fort.e en calcul mental, vous pouvez aussi faire ça de tête ! 😉

0,1557 x 400 = 62,28.

L’usage de la plaque vitrocéramique lui revient à 62,28 € par an. En changeant pour une plaque à induction, elle consommera 20% d’énergie en moins, soit 320 kWh par an. 

De cette manière, elle portera sa facture de cuisson à 49,82 € par an. Sur l’année, cela permet donc de faire 12,46 € d’économies. 

On ne va pas se mentir, ce ne sont pas des économies mirobolantes. Mais, c’est toujours bon à prendre ! 😊 Surtout quand l’on sait qu’un repas entrée-plat-dessert dans l’Hexagone est évalué à 6 euros. Il s’agit d’une moyenne pour les déjeuners ou dîners pris à la maison. Selon Charles Henry d’Auvigny, directeur de l’institut de sondage Opinion Way, « 6 euros par personne est le coût de référence quand les Français arbitrent entre prix et qualité pour nourrir leur famille. ».

Et pour faire baisser encore vos factures d’énergie, pourquoi ne pas opter pour de l’électricité verte ? Chez ekWateur, on vous propose une offre moins chère que les tarifs réglementés. C’est l’occasion de faire baisser vos dépenses en cuisine mais aussi celles liées au chauffage, à la production d’eau chaude et à l’utilisation de l’électroménager. De quoi faire d’une pierre, quatre coups. Pas mal, non ? On vous laisse faire le calcul ! 😉