Vous préférez parler à une vraie personne ? Notre centre d’appel du Mans est là pour ça
09 77 40 66 66
(prix d’un appel local, même si vous habitez loin du Mans)

Quels sont les types d’énergie renouvelable ?

Le blog d’ekWateur

21 juin 2019

Quels sont les différents types d’énergie renouvelable ?

Quels sont les types d’énergie renouvelable ? Savez-vous qu’il en existe 5 différents types et qu’ils produisent chacun une énergie bien différente ?

On vous explique tout ça !

Illustration des cinq différents types d'énergie renouvelable

Désormais, tout le monde connait les énergies renouvelables. Depuis des années, elles se développent partout dans le monde et leurs performances ne cessent de s’améliorer. Les énergies renouvelables en France représentent, selon le bilan publié par le Ministère de la Transition écologique et solidaire, 16,3% de la consommation finale brute d’énergie. Depuis les années 1990, cette proportion n’a cessé d’augmenter, avec une croissance de près de 70%. Cette tendance va se poursuivre, puisque la Loi de Transition Énergétique pour la Croissance Verte fixe l’objectif d’atteindre 23% de renouvelable dans la consommation d’énergie en France en 2020 et 32% d’ici 2030. Les énergies renouvelables ont de nombreux avantages : elles sont plus écologiques, plus résilientes, plus sûres…

Mais la plupart du temps, quand on parle d’énergies renouvelables, on pense seulement à l’énergie éolienne et aux panneaux solaires photovoltaïques. Pourtant, ce ne sont pas les seuls types d’énergie renouvelable ! Il en existe aujourd’hui 5 sortes très différents et aux usages variés. Vous ne les connaissez pas ? Pas d’inquiétude, les énergies renouvelables c’est notre métier chez ekWateur ! Allez, on vous dit tout ;-)

Les différents types d’énergies renouvelables

Commençons par les plus connus : l’énergie éolienne et l’énergie solaire.

Les énergies renouvelables de type éolien

L’énergie éolienne, c’est l’énergie alimentée par la puissance du vent. L’exemple le plus connu, ce sont évidemment les éoliennes terrestres, celles que vous voyez un peu partout en France et dans le monde et qui permettent de produire de l’énergie électrique. Le principe de l’énergie éolienne est simple en théorie : il suffit d’exploiter l’énergie cinétique du vent pour faire tourner des dispositifs tels que des pales. C’est le même principe que l’on utilise par exemple dans les moulins à vent : on exploitait donc déjà l’énergie éolienne depuis des siècles avant d’inventer les éoliennes que nous connaissons aujourd’hui. Dans le cas des éoliennes, le mouvement initié par le vent est couplé à un générateur pour produire de l’électricité.

Aujourd’hui, il existe différents types d’éoliennes : les éoliennes classiques, terrestres, mais aussi les éoliennes offshore, qui sont placées en mer. Ces différentes éoliennes ont chacune leurs avantages : les éoliennes terrestres sont plus faciles d’entretien alors que les éoliennes offshore nécessitent des infrastructures particulières (qu’elles soient flottantes ou non). D’un autre côté, l’énergie éolienne offshore bénéficie généralement d’une exposition plus constante aux vents ce qui permet des rendements un peu plus élevés.

L’énergie éolienne représentait en 2017 4.4% de la consommation d’électricité mondiale (selon la BP) et environ 11% de l’électricité européenne, selon l’Agence Européenne de l’Énergie Éolienne. L’énergie éolienne fait partie des énergies les moins polluantes qui existent, puisqu’elles n’émettent pratiquement aucun gaz à effet de serre. Selon le GIEC, pour produire 1 kWh d’électricité grâce à des éoliennes, on n’émettra que 11 g de CO2 (en prenant en compte tout le cycle de vie de l’installation).

Les énergies renouvelables de type solaire

L’une des énergies renouvelables les plus médiatisées aujourd’hui, c’est l’énergie solaire. Eh oui, vous avez forcément déjà entendu parler des panneaux solaires photovoltaïques ! Là encore, sur le papier le principe est simple : il s’agit de capter l’énergie émise par les rayonnements solaires avec de le transformer en électricité. Bien sûr, dans les faits, tout ça est plus complexe : il faut des capteurs de haute technologie utilisant des matériaux semi-conducteurs disposant du fameux « effet photovoltaïque ». Pour les plus geeks d’entre vous (), voici une explication un peu plus technique : en gros, quand des photons (de la lumière) atteignent ces matériaux semi-conducteurs, le choc transmet de l’énergie aux électrons et cela génère une tension électrique. Dès lors que l’on peut capter cette tension électrique, on peut produire de l’électricité grâce à la lumière du soleil !

Mais l’énergie solaire, ce n’est pas seulement le photovoltaïque classique : il existe aussi du solaire à concentration (qui concentre la lumière en un point pour y produire de la chaleur) ou le solaire thermique, qui permet là encore de produire de la chaleur (pour l’utiliser telle quelle ou pour la convertir en électricité).

Dans le monde, en 2017, selon la BP, l’énergie solaire représentait environ 1% de la consommation électrique. Mais ce chiffre ne tient compte que de l’énergie solaire destinée à produire de l’électricité. En Europe, l’énergie solaire contribuait à environ 12% de la génération d’électricité selon Eurostat.

Les énergies renouvelables hydrauliques

Ces dernières années, l’énergie hydraulique est un peu moins médiatisée que les énergies solaires et éoliennes. C’est pourtant l’une des principales sources d’énergie renouvelable dans le monde ! L’énergie hydraulique représente, selon l’Agence Internationale de l’Énergie, environ 16.3% de la production électrique mondiale, ce qui en fait la première source renouvelable de production d’électricité, loin devant les énergies éoliennes, solaires et autres.

Mais alors, l’énergie hydraulique, c’est quoi ? Eh bien ce terme regroupe toutes les sources d’énergie qui utilisent les mouvements de l’eau pour leur production. Il s’agit donc des notamment des barrages hydroélectriques, mais pas seulement. Aujourd’hui, on parle aussi d’énergie hydraulique pour évoquer d’autres moyens de production d’énergie utilisant l’eau : notamment les hydroliennes marines ou les énergies marémotrices, les hydroliennes fluviales… Grosso modo, toutes ces technologies utilisent les mouvements de l’eau ou ses courants afin d’entrainer des générateurs pour produire de l’électricité.

Les énergies hydrauliques sont en général très écologiques. Ainsi, les barrages hydro-électriques émettent 25 g de CO2 par kWh d’électricité produite (valeur médiane) selon le GIEC. En France, l’énergie hydro-électrique est le type d’énergie renouvelable électrique le plus développé : les barrages représentent plus de 11% de la production d’électricité en France, contre seulement un peu plus de 5% pour l’énergie éolienne et moins de 2% pour l’énergie solaire. Dans le monde, ce sont la Chine, le Canada et le Brésil qui produisent le plus d’hydro-électricité (respectivement 28.5 %, 9,6% et 9,6% de la production mondiale).

Plus d’informations : Les énergies renouvelables en France : où en est-on ?

L’énergie issue de la biomasse

On n’y pense pas forcément, mais l’énergie issue de la biomasse est une énergie renouvelable de premier plan. Mais qu’est-ce que la biomasse exactement ? C’est simple : sous le terme de biomasse on regroupe toutes les énergies issues des matières organiques. Toujours pas clair ? Par matières organiques, on entend tous les matériaux issus de la vie : c’est donc le bois, les végétaux, les déchets alimentaires… Les énergies issues de la biomasse sont notamment le bois de chauffage, le biogaz (ou biométhane) qu’on produit en faisant fermenter des déchets organiques, les biocarburants…

La biomasse et notamment le bois sont parmi les sources les plus importantes de production d’énergie dans le monde : une grande partie des habitants de la planète utilise ainsi le bois pour se chauffer. En France, la biomasse est la première source d’énergie renouvelable dans le mix énergétique : elle représente près de 50% de l’énergie renouvelable du pays, juste devant l’énergie hydraulique. Le bois-énergie représente à lui seul 41% de ce mix énergétique renouvelable.

Mais aujourd’hui, la biomasse ce n’est plus seulement le bois. C’est aussi toute une gamme de nouvelles technologies comme la méthanisation (qui permet de produire du biogaz ou du biométhane, c’est-à-dire du gaz renouvelable) ou les biocarburants, qui peuvent-être à base de végétaux ou à base d’algues. Bref, de nombreuses possibilités sont aujourd’hui ouvertes pour développer la filière biomasse. Chez ekWateur, on propose d’ailleurs une offre de gaz 100% renouvelable, du biométhane issu de la biomasse !

L’énergie renouvelable de type géothermie 

Enfin, l’énergie géothermique est le 5e type d’énergie renouvelable ! Comme son nom l’indique, la géothermie désigne l’énergie qui est produite grâce à l’exploitation de la chaleur du sol. Pour faire simple : les sols profonds de la planète produisent de la chaleur, notamment par la désintégration radioactive des atomes de certaines roches. On peut capter cette chaleur et l’utiliser pour le chauffage, mais aussi pour produire de l’électricité.

La particularité de la géothermie, c’est que la quantité d’énergie produite dépend de la profondeur à laquelle on va capter la chaleur. Plus on capte profondément, plus la chaleur est élevée ! Par exemple, autour des 2500 mètres de profondeur, la géothermie permet de capter des chaleurs de 150 à 200 degrés, ce qui permet de produire de l’électricité. À des profondeurs plus basses, on capte des températures inférieures à 150 degrés (jusqu’à 50 degrés ou moins) qui peuvent être utilisées pour alimenter les réseaux de chaleur. Enfin à faible profondeur, là où les températures sont les plus faibles (moins de 50 degrés), on peut mettre en place des dispositifs de type pompe à chaleur sol-air.

La géothermie n’est toutefois pas facile à développer partout, car il faut disposer d’un sous-sol adéquat et de bonnes conditions géologiques. En France, la géothermie représente avec l’aérothermie environ 8% des énergies renouvelables du pays.

Voilà, vous savez tout désormais sur les cinq grands types d’énergies renouvelables ! Chacun a ses spécificités, ses avantages et ses inconvénients. Chacun peut être déployé dans certains milieux plus que dans d’autres. Mais cette grande diversité prouve qu’il y a encore beaucoup à gagner à investir et à développer les énergies renouvelables, et à proposer de plus en plus des mix énergétiques issus de ces énergies inépuisables.

C’est là le cœur de la transition énergétique que nous avons choisi de soutenir chez ekWateur, en tant que fournisseur d’énergies renouvelables.

offre électricité renouvelable