Vous préférez parler à une vraie personne ? Nos centres d'appels au Mans, à Reims et à Amiens sont là pour ça 09 77 40 66 66 prix d'un appel local, même si vous n'habitez pas dans le coin
Image pour illustrer la compensation carbone
Image pour illustrer la compensation carbone

Compensation carbone : qu’est-ce que c’est et comment ça marche ?

Vous ne savez pas comment réduire votre empreinte carbone ? Vous ne savez peut-être même pas ce qu’est l’empreinte carbone ? Ce n’est pas grave du tout et c’est même normal, car ce sont des termes d’actualité récents et il n’est pas toujours facile de s’y retrouver dans l’univers du carbone. On parie que vous êtes impatient.e de savoir comment ça marche ! 😉

Qu’est-ce que l’empreinte carbone ?

Pour commencer, revenons sur l’empreinte carbone et sa définition. Celle-ci vous offre une représentation concrète de la quantité de CO₂ émise par l’utilisation d’énergie et de matière première d’une personne.

Concrètement, lorsque vous vaquez à vos occupations (quand vous prenez votre voiture pour aller faire vos courses, quand vous allumez votre ordinateur ou quand vous utilisez votre smartphone), vous propulsez dans l’atmosphère une certaine quantité de dioxyde de carbone (principal responsable du réchauffement climatique) et c’est cette fameuse quantité de CO₂ que votre empreinte carbone représente.

Attention, l’empreinte carbone prend aussi en compte toutes les dépenses énergétiques qu’ont nécessitées vos appareils électroniques, de leur conception à leur commercialisation. Tout ceci va venir alimenter votre empreinte carbone. Alors, comment faire pour laisser une jolie trace sur terre autre qu’un gros nuage de pollution ?

Qu’est-ce que la compensation carbone ?

Pour pallier les émissions de CO₂ de chaque personne, la compensation carbone s’est avérée être un bon choix.

En clair, la compensation carbone offre la possibilité de financer ou de mettre en œuvre des projets ayant pour but de diminuer les effets du réchauffement climatique provoqués justement par les rejets de gaz à effet de serre (GES). Certes, vous continuez à émettre du CO₂, mais d’un autre côté, vous prenez part à des projets permettant de réduire les émissions de CO₂.

Par exemple, les techniques de séquestration du dioxyde de carbone peuvent contribuer à atteindre la compensation carbone (il s’agit de capter le CO₂ émis pour le placer dans des milieux propices à son absorption).

Que l’on soit un particulier, une entreprise ou une collectivité locale, pratiquer la compensation carbone permet d’alléger les émissions de GES propulsées dans l’atmosphère grâce à des projets visant à tendre vers la neutralité carbone (par exemple, financer un projet dans les énergies renouvelables permettant de produire la même quantité d’énergie qu’une centrale thermique, mais beaucoup moins carbonée). Cela permettrait de réduire les effets du changement climatique en limitant considérablement l’augmentation de la température, explique le GIEC.

De cette idée a émergé le principe du « crédit carbone ». Vous allez voir, ce concept est assez surprenant. 😊

La compensation carbone : comment ça fonctionne ?

Les « crédits carbone » sont un moyen de certifier qu’une entreprise, une collectivité locale ou un particulier pratiquent la compensation carbone. La mesure de ces crédits se fait en « Tonne d’équivalent CO₂ » (TéqCO₂).

En clair, un porteur de projet visant à réduire les émissions de GES se voit attribuer des crédits carbone qu’il peut revendre dans l’optique de financer son installation. Par exemple, si cette installation évite 30 000 tonnes de CO₂ relâchés dans l’atmosphère, il bénéficiera de 30 000 crédits carbone qu’il revend ensuite afin de financer et faire vivre son installation.

Cependant, les crédits carbone ne s’octroient pas si facilement. Pour qu’un projet soit reconnu comme contribuant à la compensation carbone de la planète, il doit remplir 4 critères stricts :

  • La mesurabilité : on doit pouvoir calculer, selon une méthodologie précise soumise à approbation, les réductions de GES permises par le projet
  • La vérifiabilité : la réduction effective des GES doit pouvoir être vérifiée chaque année
  • La permanence : les projets doivent être efficaces à moyen et/ou long terme, minimum 7 ans
  • L’additionnalité : on doit pouvoir démontrer que l’utilisation des crédits carbone dans le cadre du projet est le seul moyen de pouvoir faire émerger une situation meilleure que la situation d’origine

Dans les cas des États, le moyen d’action qu’ils privilégient (pour les pays développés principalement) est l’achat de crédit carbone pour les investir via des actions concrètes de compensation carbone (projet de reboisement au Sénégal, développement des énergies renouvelables partout dans le monde par exemple) en respectant bien entendu les mesures adoptées lors du protocole de Kyoto.

Recevez notre sélection d'articles autour de la transition écologique
Laissez-nous votre adresse email pour recevoir toutes nos astuces pour un futur plus vert. 🌱🌍 

Quelles sont les actions simples que vous pouvez (tous) mettre en place à votre échelle ?

Soyez certains qu’il y a de quoi faire et sans se prendre la tête ou partir faire de l’humanitaire à l’autre bout du monde (bien sûr, si c’est votre choix on ne peut que vous applaudir et vous exprimer tout notre respect) ! 😉 Vous êtes en manque d’idées ? En voici quelques-unes pour vous lancer :

  • Aidez à financer des projets qui œuvrent pour la compensation carbone : c’est le cas d’institutions comme la Fondation Good Planet de Yann Arthus-Bertrand, EcoAct ou Reforest’Action.
  • Calculez votre propre empreinte carbone (via les sites des institutions citées juste avant par exemple) et actez la réduction de votre impact par des actions concrètes à votre échelle (privilégiez le train plutôt que l’avion pour des déplacements au sein d’un même pays, faites du covoiturage, limitez le streaming en privilégiant le téléchargement de vos vidéos pour limiter votre pollution digitale…).
  • Plantez des arbres ou financez des projets allant dans ce sens (les arbres contribuent à limiter en partie les émissions de gaz à effet de serre).
  • Pour les entreprises, il existe plusieurs petites actions que vous pouvez mettre en place : la réalisation d’un bilan carbone, optez pour le vélo plutôt que les voitures de fonction, achetez des crédits carbone pour financer des projets de compensation carbone, choisissez un fournisseur d’énergie renouvelable pour alimenter vos différents bureaux... Sachez également que ces actions sont très valorisées au sein d’une démarche RSE et que les consommateurs ont de plus en plus besoin de savoir que les entreprises qu’ils affectionnent œuvrent pour le bien commun et la planète.
  • Changez vos habitudes de consommation, notamment en choisissant un fournisseur d’énergie verte qui œuvre pour la lutte contre le changement climatique.

 

La compensation carbone est une belle action pour limiter le réchauffement climatique. Chez Ekwateur, nous réfléchissons tous les jours à des solutions pour produire le moins de CO₂ possible, notamment dans nos projets digitaux. Nous voulons que cette pratique soit une véritable possibilité de modification douce des modes de consommation et non un simple moyen de se donner bonne conscience. Vous nous rejoignez dans l’aventure ? 😉

Vous voulez en savoir plus sur la transition énergétique et les énergies renouvelables ?

Réduire son empreinte carbone en faisant un enfant en moins ? Arrêtez tout, on vous explique !

Réduire son empreinte carbone en faisant un enfant en moins ? Arrêtez tout, on vous explique !

Le 16.04.2020Lire l'article