Vous préférez parler à une vraie personne ? Nos centres d'appels au Mans, à Reims et à Amiens sont là pour ça 09 77 40 66 66 prix d'un appel local, même si vous n'habitez pas dans le coin
Electricité
Une gazinière allumée sur un fond avec une carte du monde et des courbes pour représenter la crise de l'énergie

Les fournisseurs d’énergie profitent-ils de la crise ?

Début janvier, Bruno Lemaire affirmait que « les fournisseurs se sont engagés à renégocier les contrats d’énergie excessifs pour les boulangers dans un contexte de baisse des prix de l’énergie ». Le lendemain, Emmanuel Macron demandait aux fournisseurs d’énergie de « renégocier les contrats excessifs de toutes les TPE ». Il n’en fallait pas plus pour lancer le débat autour des fournisseurs d’énergie, alors considérés comme les profiteurs de la crise énergétique que nous traversons.

Alors, qu’en est-il vraiment ? En tant que fournisseur d’énergie, Ekwateur vous donne son point de vue.

Fournisseur d’énergie et producteur d’énergie : deux métiers bien différents

Commençons par le commencement. Il y a beaucoup de confusion sur l’organisation du marché de l’énergie français. Le mot « énergéticien » est très régulièrement employé par les politiques et les différents médias. En réalité, c’est un mot qui veut tout et ne rien dire à la fois, tellement les métiers qui composent le marché de l’énergie sont différents.

Le dictionnaire Le Robert définit le mot énergéticien par « spécialiste de l’énergie ». Tout cela ne nous avance pas beaucoup.

Producteur, transporteur, distributeur, fournisseur : quelles différences ?

On peut découper le marché de l’énergie en quatre grands métiers : producteur, transporteur, distributeur et fournisseur d’énergie.

Comme son nom l’indique, le producteur produit de l’énergie. Cela peut être fait de différentes manières :

  • Non renouvelable, grâce aux centrales nucléaires et aux centrales thermiques (comme les centrales à gaz ou à charbon) ;
  • Renouvelable, grâce aux barrages hydrauliques, aux panneaux solaires, aux éoliennes, etc.

L’énergie est ensuite transportée (c’est RTE (Réseau de Transport d'Électricité) qui s’en charge pour l’électricité et GRTgaz (Gestionnaire de Réseau de Transport de gaz) pour le gaz) sur les lignes haute tension puis distribuée (grâce à Enedis et les ELD (Entreprises Locales de Distribution) pour l’électricité et GRDF (Gaz Réseau Distribution de France) pour le gaz) sur les lignes basse tension jusque chez vous. Les entreprises qui se chargent du transport et de la distribution ont également d’autres rôles, si vous êtes curieux-se, rendez-vous dans cet article « Comment est organisé le réseau électrique français ? », on vous y détaille tout. 😉

À la fin de la chaîne se trouve le fournisseur d’énergie qui est chargé de commercialiser et de facturer l’énergie aux client-e-s particuliers et professionnels via différentes offres.

Pour ce faire, il achète l’énergie destinée à ses client-e-s à des producteurs et s’assure d’avoir un équilibre entre ce qu’il achète et ce qu’il doit fournir à ses client-e-s.

Les métiers de producteur et de fournisseur sont donc deux métiers bien distincts. Il faut également noter que certains acteurs, comme EDF, Engie ou Total Énergies ont la double casquette de producteur et de fournisseur, ce qui alimente la confusion entre les deux.

Chez Ekwateur, nous avons délibérément choisi de ne pas être producteur en plus de notre métier de fournisseur. En effet, l’un de nos objectifs est d’aider nos client-e-s à réduire leur consommation d’énergie. Être à la fois producteur et fournisseur nous inciterait à vendre toujours plus d’énergie, ce qui impliquerait un conflit d’intérêts avec notre mission première, aider nos client-e-s à réduire leur consommation d’énergie et faciliter la transition énergétique.

Quand le prix de l’énergie augmente, qui en profite ?

Depuis la fin de l’été 2021, les prix de l’énergie (le prix auquel les fournisseurs achètent l’énergie) n’ont fait qu’augmenter, nous vous en parlions déjà en détail dans plusieurs articles que nous vous invitons à lire : "Pourquoi les tarifs de l’énergie augmentent tant ?", "Hausse du prix du gaz naturel : comprendre l'augmentation et réduire sa facture" et plus récemment "Hausse des prix de l'énergie : les impacts sur vos factures". Il faut noter que pour nos client-e-s, le tarif de l’énergie représente le prix de l’abonnement et du kWh qu’ils ont dans leur contrat, celles et ceux ayant signé des contrats avant les grosses augmentations de l’été 2022 ne subissent donc pas les hausses dont il s’agit ici.

Comme nous l’avons dit un peu plus haut, le rôle du fournisseur est de s’assurer que ses client-e-s aient de l’énergie ; peu importe le prix, il doit donc s’approvisionner en énergie.

Quand les prix sont élevés, le fournisseur achète également cette l’énergie à un prix élevé et la revend à ses client-e-s avec une marge faible. Il faut noter que la marge brute ne dépend pas du prix de l’énergie, c’est simplement une valeur en euro rajoutée au MWh, en général entre 1 et 5€/MWh. Quand votre facture augmente, ce n’est pas la marge qui a augmente, mais bien la part concernant l’achat d’énergie. On peut faire un parallèle avec l’essence, où le fournisseur d’énergie serait la station-service. C’est l’augmentation du baril de pétrole qui joue sur les prix, pas l’augmentation de la marge du pompiste.

Ce sont en réalité certains producteurs qui s’enrichissent. On parle ici des centrales qui ont un coût marginal de production faible, comme les centrales nucléaires ou renouvelables, qui en plus ne dépendent pas des variations du prix des énergies fossiles.

Résultat ? Les centrales en question réalisent d’importants profits, ce qui n’est pas le cas du fournisseur. Une exception est à souligner pour les centrales nucléaires qui sont obligées de vendre aux français, au travers des TRV, les Tarifs Réglementés de Vente, ou du mécanisme ARENH, une part importante de leur production à prix régulé.

Les fournisseurs d’énergie peuvent-ils renégocier les contrats comme le veut Emmanuel Macron ?

Dans votre facture, une partie va chez les producteurs, une partie est réservée au transport et à la distribution (redistribuée aux gestionnaires de transport et de distribution dont on a parlé plus haut) une partie à l’État pour les taxes, et une partie va au fournisseur pour qu’il puisse se rémunérer.

Renégocier les contrats signés serait possible uniquement si le producteur acceptait de baisser le prix auquel il a vendu l’énergie au fournisseur. Comme nous l’avons mentionné plus haut, le fournisseur n’a qu’une très faible marge de manœuvre sur sa marge et il a déjà acheté son énergie à des prix très élevés pour des client-e-s qui ont signé des contrats au cœur de la crise.

Si l’État nous impose d’un côté de renégocier certains contrats alors que nous avons déjà acheté l’énergie au prix fort, il doit nous aider à renégocier nos contrats de l’autre côté, avec les producteurs. Ce sans quoi les fournisseurs seront autant en difficulté que les boulangers, puisque les montants dont il est question ici n’ont jamais été gagnés pas les fournisseurs.

De notre côté, nous espérons nous aussi pouvoir proposer de l’énergie moins chère à nos client-e-s. Gabriel Attal a annoncé ce 8 janvier que l’État compensera une partie du manque à gagner de certains « énergéticiens ». Attendons donc d’en savoir plus ! Notre rôle est et restera de vous accompagner au mieux à traverser cette crise. Rendez-vous sur le blog Ekwateur, vous y trouverez de nombreux conseils pour vous aider à optimiser et réduire vos factures d'énergie et pour comprendre le fonctionnement du marché de l'énergie. 🍃

Vous voulez en savoir plus sur le marché de l'énergie ?

Clients professionnels non éligibles au bouclier tarifaire : réduisez vos factures grâce à l’amortisseur

Clients professionnels non éligibles au bouclier tarifaire : réduisez vos factures grâce à l’amortisseur

Le 06.01.2023Lire l'article
3 idées reçues sur la crise énergétique

3 idées reçues sur la crise énergétique

Le 22.11.2022Lire l'article