Logo Ekwateur

Enjeux environnementaux : comprendre les défis de notre époque - page 12

253 articles

Roland Garros : les mesures mises en place pour diminuer son impact sur la planète

Roland Garros : les mesures mises en place pour diminuer son impact sur la planète

Incontournable du tennis, Roland Garros aura lieu du 21 septembre au 11 octobre 2020. Mais comme tout événement international, il témoigne d’un bilan carbone impressionnant. Le tournoi en a pris conscience en 2008. Cette année-là, il a généré 155 860 tonnes de CO₂, gaz hautement responsable du réchauffement climatique. Pour vous donner un ordre d’idée, cela correspond à 40000 allers-retours Paris-Sydney en avion. Une illustration parlante puisque c’est bien le trafic aérien qui plombe le bilan du championnat. 86% des rejets de CO₂ de Roland Garros sont dus à la venue de membres du public en avion. 12 ans plus tard où en est-on ? Quelles sont les mesures prises par les organisateurs pour limiter la pollution ? Préparez vos raquettes, Ekwateur vous emmène à la rencontre de Roland Garros. 🎾 

·
21 sep 20
21 sep 20
·
lecture 5 min

Plan de relance : quelle place pour l’écologie et l’énergie sur le long terme ?

Plan de relance : quelle place pour l’écologie et l’énergie sur le long terme ?

Le voici, le tant attendu plan de relance du Gouvernement visant à accompagner la reprise des différentes activités et développer des domaines plus verts. Néanmoins, la temporalité des engagements financiers annoncés manque de clarté. Ces investissements sont-ils simplement destinés à relancer l’économie où servent-ils un dessin plus grand et la possibilité de développer des projets autour des énergies renouvelables sur du long terme ? Chez Ekwateur, on se dit que tout le monde (y compris la planète) aurait à y gagner si une stratégie sur du long terme et par filières autour de la transition écologique se développait. On vous aide à mieux comprendre. 😊

·
16 sep 20
16 sep 20
·
lecture 4 min

L’empreinte carbone de nos aliments

L’empreinte carbone de nos aliments

Lorsqu’on parle des gestes destinés à réduire la pollution, on pense souvent à acheter une voiture électrique, à réduire ses déchets ou encore à recycler. Pourtant l’alimentation prend une place majeure dans notre empreinte carbone. Selon le rapport de l’ADEME de 2019, plus de 2/3 des émissions de gaz à effet de serre du secteur alimentaire proviendraient de la production agricole. Dans un contexte actuel où la population prend de plus en plus conscience de son impact sur l’environnement, une alimentation plus responsable et éthique est au cœur de nos préoccupations. Alors, comment faire pour diminuer l’empreinte carbone de notre assiette ? Quels sont les gestes et les aliments à adopter ?

·
7 sep 20
7 sep 20
·
lecture 3 min

Découvrez notre App Ekwateur !

Suivez, challengez et économisez votre consommation d’énergie !

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez une sélection d’articles sur la transition énergétique.

Notre addiction aux VTC, l'un des premiers contributeurs du réchauffement climatique

Notre addiction aux VTC, l'un des premiers contributeurs du réchauffement climatique

L’Union of Concerned Scientist déclare que l’impact environnemental des trajets Uber et Lyft est de 69% supérieur aux modes de transports qu’ils remplacent.  Pour les personnes soucieuses du climat, posséder une voiture est un choix difficile : nous ne pouvons pas vivre avec elles et il est très difficile de vivre sans. Alors que les services de VTC* (Voiture de Transport avec Chauffeur) tels qu’Uber et Lyft sont en train de réduire notre dépendance vis-à-vis de la possession d’une voiture, ils ne résolvent pas nos problèmes environnementaux. D’après un rapport publié mardi 3 mars 2020, par l’organisme à but non lucratif l’Union of Concerned Scientist, ces services représentent désormais jusqu’à 13% de la circulation automobile dans les centres-villes. Le rapport évalue avec attention le secteur du VTC et tout particulièrement son bilan environnemental. L’étude estime qu’aux États-Unis, un trajet moyen en VTC entraine une augmentation de pollution de 69% par rapport aux transports qu’ils remplacent. Les effets sont encore plus importants dans les centres-villes et les banlieues, où les personnes sont plus enclines à choisir des trajets à la demande plutôt que de faire leurs trajets en transports en commun, à pied ou à vélo.

·
29 avr 20
29 avr 20
·
lecture 6 min