Vous préférez parler à une vraie personne ? Nos centres d'appels au Mans, à Reims et à Amiens sont là pour ça 09 77 40 66 66 prix d'un appel local, même si vous n'habitez pas dans le coin
Electricité
petite voiture verte sur le sol
Petite voiture verte sur le sol

Qu’est-ce que l’étiquette énergie voiture et à quoi sert-elle ?

Quoi de plus désagréable que de se faire enfumer par le pot d’échappement d’un vieux tacot en se rendant au travail de bon matin ? En plus d’être nauséabond, le CO₂ qui se dégage des véhicules anciens est dangereux pour la santé. C’est pour répondre à ce problème que l’État a créé l’étiquette énergie pour les voitures.

Ekwateur l’a étudiée à la loupe, rien que pour vous ! 🔎

L’étiquette énergie voiture : un dispositif antipollution qui a de la bouteille

Avant de passer au crible l’étiquette énergie de votre carrosse ✨, commençons par rappeler ce qu’est une étiquette énergie.

Qu’est-ce qu’une étiquette énergie ?

Créée en 1994 par la Communauté Européenne, l’étiquette énergie sert à informer les consommateurs sur la consommation électrique de leurs appareils domestiques.

Elle est obligatoire pour la vente de tous les appareils électroménagers, même ceux fabriqués en dehors de l’Union Européenne. 

En France, elle concerne notamment depuis 1995 les réfrigérateurs et les congélateurs.

Après l’électroménager, l’étiquette énergie s’attaque aux voitures

Une étiquette pour pointer du doigt les appareils les plus énergivores de la maison, c’est un premier pas, mais ce n’est pas suffisant quand on sait à quel point les voitures polluent !

Selon un rapport de l'Agence européenne pour l'environnement, les voitures personnelles représentaient 60,6 % des émissions totales de CO₂ dues au transport routier en Europe en 2019.(*)

Plutôt déroutant non ? 😉

Dès le 10 mai 2006, via le Plan Climat du ministère de l’écologie et du développement durable, l’apposition d’étiquettes énergie lors de la vente de véhicules neufs destinés à un usage particulier devient obligatoire.

Cette étiquette énergie permet d’informer les acheteurs sur le niveau d’émission carbone du véhicule afin de les encourager à choisir une voiture moins polluante.

Votre enfant vous remerciera de ne plus venir le chercher à la sortie de l’école avec votre vieux 4x4 crachotant ! 💼

Comment lire l’étiquette énergie voiture ?

Lire les étiquettes d’un produit alimentaire vous donne des migraines ? Bonne nouvelle, déchiffrer une étiquette énergie, c’est plutôt simple.

Il vous suffit de vous référer au code couleur qui renseigne sur l’empreinte carbone du véhicule.

L’étiquette énergie voiture est divisée en 7 catégories, chacune représentée par une lettre de l’alphabet, qui correspondent au niveau d’émissions de CO₂ pour 100 km parcourus :

  • une étiquette verte (lettres A,B,C) symbolise des émissions de CO₂ faibles (entre 100 et 140 g/km) ;
  •  les étiquettes jaunes et oranges (lettres D,E) indiquent que le véhicule a une empreinte carbone modérée (entre 141 et 200 g/km) ;
  •  les étiquettes rouges (lettres F et G) sont signes d’émissions carbones élevées (entre 201 et plus de 250 g/km). 

C’est fiable ça ? 🤔

Eh oui ! Ces chiffres sont basés sur le classement de l’ADEME des consommations de carburant et les émissions de CO₂ des voitures particulières mises sur le marché français en 2006.

Le bonus / malus sur l’achat d’un véhicule neuf

Non, on ne parle pas ici du bonus / malus sur le permis de conduire (petite pensée pour les points perdus 😞), mais d’un bonus / malus écologique lié à l’achat d’une voiture.

L’étiquette énergie voiture sert de référence à ce système.

Le bonus donne droit à une prime financière pour l’achat ou la location d’un véhicule propre (taux d'émission de CO₂ inférieur ou égal à 20 g/km). Sympa non ? 🎉

Le malus consiste en une taxe sur les voitures fortement émettrices de CO₂ (taux d’émission de CO₂ supérieur ou égal à 128 g/km). 

L’objectif est le même que pour l’étiquette énergie : inciter les utilisateurs à investir dans des véhicules plus propres. Vous êtes convaincus ? Nous, on valide à 100 % !

Le certificat qualité de l’air Crit’air : une étiquette énergie complémentaire

En plus de l’étiquette énergie, du système de bonus-malus, le gouvernement a mis en place le certificat qualité de l’air Crit’air (et comme vous le savez, on adore les jeux de mots !). 

Ce dispositif fait partie des mesures destinées à favoriser la mobilité durable en France. 🌿

 Il s’agit d’une vignette ronde à coller sur le pare-brise de son véhicule, et qui indique sa classe environnementale.

 L’autocollant doit obligatoirement être apposé pour circuler dans les zones à faibles émissions mobilité (ZFE-m) ou lors de la circulation différenciée / alternée (vous savez, en cas de pic de pollution à Paris par exemple).

Quelles sont les classes de certificats qualité de l’air ?

Tout comme l’étiquette énergie, le certificat Crit’air est divisé en plusieurs classes. Dans le cas qui nous intéresse, elles sont au nombre de 6.

Les critères sur lesquels se fonde le classement sont :

  • le type de véhicule : voiture particulière, deux-roues, tricycle, quadricycle, véhicule utilitaire léger et véhicule lourd dont autobus et autocars ;
  • la motorisation (voiture électrique, hydrogène, gaz, hybride, essence, diesel ou assimilé – soit des énergies fossiles) ;
  • la norme européenne d’émissions polluantes dite « norme Euro ». 

Bon à savoir : la pastille 0 de couleur verte (la meilleure) concerne les véhicules 100 % électriques et à hydrogène qui fonctionnent donc avec une énergie verte. Les voitures classées norme Euro 1 et avant ne peuvent pas bénéficier de cette vignette car ils sont d’office jugés comme très polluants.

Les certificats qualité de l’air Crit’air sont-ils obligatoires ?

Bonne question ! Si l’étiquette énergie est obligatoire à l’achat, c’est encore différent pour Crit’air.

La vignette Crit’air est obligatoire seulement pour circuler dans les zones à faibles émissions mobilité (ZFE-m).

Il s’agit de territoires où la pollution de l’air est très importante. Les voici :

  • l’agglomération parisienne (40 communes dont Paris) ;
  • la Métropole de Grenoble (27 communes dont Grenoble) ;
  • la Métropole de Lyon ;
  • Rouen-Normandie ;
  • Reims ;
  • Nice-Côte d'Azur ;
  • Toulouse ;
  • Saint-Etienne.

En interdisant l’accès aux véhicules les plus polluants dans ces périmètres, on améliore la qualité de l’air et on protège la santé de ses habitants. 

Quel plaisir de se promener dans une ville qui n’embaume pas le pot d’échappement ! 🌳

Ce sont les communes qui fixent les périodes où la circulation est restreinte (alternée), les types de véhicules autorisés et le niveau Crit’air minimum pour rouler dans ces périmètres.

Les voitures et les deux-roues qui ne remplissent pas les critères du certificat qualité de l’air risquent une amende de 68 euros.

Et voilà, vous savez tout sur l’étiquette énergie des voitures, les bonus-malus écologiques, et le certificat qualité de l’air Crit’air. On espère que grâce à nous, vous y verrez plus clair dans ce brouillard carbonique ! 😶‍🌫️

Sources

(*) https://www.europarl.europa.eu/news/fr/headlines/society/20190313STO31218/emissions-de-co2-des-voitures-faits-et-chiffres-infographie 

Vous voulez en savoir plus sur la transition énergétique ?

Les voitures hybrides rechargeables sont-elles écologiques ?

Les voitures hybrides rechargeables sont-elles écologiques ?

Le 20.04.2021Lire l'article
Quelle voiture électrique pour quel usage ?

Quelle voiture électrique pour quel usage ?

Le 15.07.2020Lire l'article
Smart charging : Comment rendre la voiture électrique plus écologique ?

Smart charging : Comment rendre la voiture électrique plus écologique ?

Le 21.12.2019Lire l'article