Vous préférez parler à une vraie personne ? Nos centres d'appels au Mans, à Reims et à Amiens sont là pour ça
09 77 40 66 66
(prix d'un appel local, même si vous n'habitez pas dans le coin)

Comment bien se chauffer au bois ?

Winter is coming. ⛄ Et qui dit retour du froid, dit parfois chauffage au bois. Et oui, rien de tel qu’un bon feu de cheminée (ou de poêle à bois, voire même de chaudière 😉) pour réchauffer votre habitat. Mais, un bon feu, ça se prépare. Comment bien se chauffer au bois ? Pour ne pas vous laisser partir tout feu tout flamme, voici quelques conseils.  

9 septembre 2020

Quelles sont les essences de bois destinées au chauffage ? 

Comme le fait savoir l’Office National des Forêts (ONF) pour un chauffage optimal, il faut « brûler préférentiellement des feuillus durs, les bois appartenant à cette catégorie apportent le plus haut pouvoir calorifique ». 

Les feuillus durs, quèsaco ? Si vous n’êtes pas spécialiste de sylviculture*, on va préciser un peu cette affirmation de l’ONF. 😉 Entrent dans la catégorie des feuillus durs, les arbres suivants :

- Le chêne
- Le charme
- Le hêtre
- Le frêne, etc. 

Tous ces bois-là se prêtent bien au chauffage. A l’inverse, les résineux (sapin, épicéa, etc.) ne sont pas conseillés. Ils brûlent plus vite et ont un pouvoir calorifique moins important. En outre, ils dégagent de la résine et auront tendance à encrasser votre cheminée, poêle ou chaudière.

*La sylviculture, ce n’est pas le nom du fan club de Sylvie Vartan. ;) C’est comme cela qu’on appelle l’activité de gestion des forêts. 🌳

 

Les sources de bois énergie 

Outre les essences, pour un bon chauffage, il faut aussi prêter attention au « format du bois ». Pour rappel, il existe 4 grands types de bois énergie :

- Les bûches traditionnelles ;
- Les bûches compressées : il s’agit de rondins de bois fabriqués avec des résidus de bois compactés ;
- Les pellets de bois : eux aussi créés à partir de résidus de bois. Il s’agit en quelques sortes de bûches compressées miniatures mesurant entre 6 à 8 mm de diamètre et 2 à 3 cm de longueur ;
- Les plaquettes de bois : il s’agit de bois « déchiqueté » en petits morceaux.  

A chaque appareil correspond une source de chauffage. En effet, cela paraît logique, mais il ne faut pas insérer des bûches de bois dans un poêles à granulés ou inversement. De la même manière, il ne faut pas verser des granulés dans une chaudière à plaquette. Vous risquez de l’endommager. 

Pour les équipements fonctionnant avec des bûches, le mieux reste les bûches compressées. Plus petites que les bûches classiques, elles sont aussi bien moins humides. Elles ont donc un meilleur rendement et permettent de mieux vous chauffer

offre d'énergie renouvelable

Divers types de bois de chauffage, buches, granulés, petits bouts.

Stockage du bois : attention à l’humidité 

L’humidité, c’est vraiment l’ennemi du feu de bois. Lorsque vous achetez votre bois pour l’hiver, il faut bien le stocker. Contrairement aux idées reçues, le garage ou la cave ne sont pas forcément les meilleurs endroits pour entreposer les stères de bois

Pour le stockage du bois, le mieux reste d’avoir un abri dédié, protégé des intempéries. Si possible, pas trop loin de votre porte d’entrée. Placez les bûches sur des palettes, cela leur permettra d’éviter un contact avec le sol parfois mouillé. Ainsi, le bois sèchera plus rapidement. 

Chez vous, installez ensuite le bois non loin de votre dispositif de chauffage. Non seulement, c’est plus pratique pour vous mais cela permet de le faire sécher davantage. En quelques sortes, cela vous aidera à le « préchauffer ».

Chauffage au bois : l’allumage inversé  

Allumer le feu, allumer le feu 🎵🎸 Pour bien se chauffer, c’est essentiel. Mais, c’est encore mieux si l’allumage peut être écologique. En effet, le départ des flammes est le moment où le feu pollue le plus. Selon l’Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris), « 80 % des émissions polluantes sont produites dans les 10-15 premières minutes qui suivent l'allumage ».

Pour limiter cela, on privilégie l’allumage inversé. Au lieu de placer d’abord l’allume-feu puis ensuite le petit bois puis ensuite les bûches, on fait tout simplement le contraire. On place les bûches dans le foyer, puis le petit bois, puis l’allume-feu. Ne prenez pas cet air sceptique. Vous verrez ça fonctionne très bien !

L’allumage par le haut dégage ainsi moins de fumées. D’après l’Ineris, il permet de réduire de 30 à 50 % les rejets de polluants. Pas mal, non ? 

En plus, vous éviterez d’encrasser trop vite le foyer et les conduits d’aération. Ce sera du temps gagné sur l’entretien. 

Bon à savoir : Certains allume-feux solides contiennent des produits inflammables toxiques. Pour un feu de bois plus écologique, nous vous recommandons de n’utiliser que ceux à base de produits naturels. 

Chauffage au bois : entretenir la flamme

Pour bien se chauffer au bois, il convient de ne pas laisser le feu se détériorer. Et oui, parce que parfois, il se « déravive » (petit clin d’œil aux fans d’Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre 😉). 

Pour raviver la flamme, rien de compliqué ! Il faut rajouter du combustible en temps voulu et bien gérer les apports en oxygène. Explications. 

 

Recharger le foyer 

Ce ne sont pas les flammes qui ont le pouvoir chauffant le plus important mais bien les braises. La température du foyer sera donc plus élevée quand le bois aura atteint l’état de braises. Une fois cette étape atteinte, il faudra recharger le bois petit à petit. En général, une bûche suffit. 

En effet, ajouter d’un coup 3 ou 4 bûches risque d’étouffer le feu. D’autre part, trop de combustible va faire augmenter soudainement la production de fumée. Résultat ? Le conduit d’évacuation sera encrassé et les performances de votre cheminée, poêle ou insert moins bonnes.

 

Moduler l’arrivée d’air pour une combustion optimale

Enfin, l’oxygène est nécessaire à la combustion. C’est pourquoi, il ne faut jamais fermer complètement le clapet lorsque vous chauffez. Cela aboutirait à une extinction du feu. 

Pour bien moduler l’arrivée d’air, il faut regarder où en sont les flammes. Si le feu a bien pris et que les flammes sont vives, il convient de réduire les arrivées d’air en ajustant le ou les clapets de votre appareil. Ainsi, le bois se consumera moins vite. Cela vous évitera les surchauffes et de dépenser trop de bûches. 

Lorsque les flammes sont éteintes, il faudra recharger en bois. Les braises chaudes permettront au feu de repartir. A ce moment-là, vous devrez ouvrir à nouveau en grand les arrivées d’air. 

Voilà, ce n’est franchement pas dur. Et pour entretenir la flamme avec l’élu.e de votre cœur, rien de tel qu’un dîner romantique au coin du feu. Mais ça, on vous laisse gérer ! 😉

Recevez notre sélection d'articles autour de la transition écologique

Laissez-nous votre adresse email pour recevoir toutes nos astuces pour un futur plus vert. 🌱🌍 

Entretenir vos équipements de chauffage 

Bien se chauffer au bois passe aussi par une maintenance de votre appareil de chauffage. Qu’il s’agisse d’un poêle, d’une cheminée avec ou sans insert ou d’une chaudière, il est obligatoire de l’entretenir. Cela passe par le respect de la réglementation en vigueur mais aussi par des nettoyages occasionnels. Voyons cela ensemble. 

 

Chauffage au bois : les entretiens obligatoires 

Comme tous les appareils à combustibles, les systèmes de chauffage au bois sont soumis à des contrôles divers. C’est ce qu’explique l’Ademe : « L’entretien annuel par une personne qualifiée est obligatoire pour une chaudière, et très vivement recommandé pour les autres types d'appareils (poêles à granules, poêles à buches, inserts) pour vérifier notamment l'état des joints et du bruleur. ». Cela permettra aussi : 

- de corriger certains petits dysfonctionnements
- mesurer le taux de monoxyde de carbone émis ; 
- analyser les performances énergétiques de votre chaudière. 

Cette visite donne lieu à une attestation d’entretien. 

D’autre part, vous devez procéder au ramonage de l’équipement deux fois par an, dont l’une pendant la période de chauffe. Cette opération vise à prévenir les intoxications au monoxyde de carbone et les incendies. Pour vous c’est aussi un gage d’économies d’énergie. Et oui, 1 millimètre de suie sur les parois des conduits d’aération équivaut à 10 % de consommation de bois en plus. 

 

Entretiens ponctuel et nettoyage du foyer 

Outre les visites obligatoires, il faudra aussi entretenir régulièrement votre appareil. Pour cela, commencez par retirer les cendres chaque semaine. Pour aspirer le surplus, munissez-vous d’un aspirateur à cendre et d’un tisonnier.

Puis, nettoyez régulièrement le foyer et la vitre. Inutile d’utiliser des produits nettoyants chimiques. Un chiffon mouillé avec de la cendre humide suffit pour laver votre poêle ou insert. Cela augmentera la durée de vie de votre appareil. En outre, vous éviterez la combustion de produits toxiques. 

 

Le bois est une énergie de chauffage écologique et économique. C’est pour cela que chez ekWateur, on a décidé de vous en proposer ! Nos bûches compressées sont 100% renouvelables et 100% françaises. Elles vous garantiront un chauffage optimal, on en met notre main au feu. 😉