Vous préférez parler à une vraie personne ? Nos centres d'appels au Mans, à Reims et à Amiens sont là pour ça
09 77 40 66 66
(prix d'un appel local, même si vous n'habitez pas dans le coin)

Fournisseur d'électricité : EDF n'est pas votre seule option

Bienvenue parmi nous cher-e visiteur-se. Si vous ne savez pas comment se découpe le marché de l’électricité et du gaz et comment faire pour profiter du panel de fournisseurs d’énergie proposant tous des offres plus alléchantes les unes que les autres alors vous êtes au bon endroit. Faisons ensemble un petit voyage dans le temps… 😊

26 mai 2021

Il était une fois deux gros fournisseurs d’énergie en monopole….

L’ouverture du marché à la concurrence ne s’est pas faite en une fois. Et pour mieux comprendre d’où vient cette nécessité d’ouverture du marché à la concurrence, il faut remonter dans le temps, en 1946 très exactement. La Seconde Guerre mondiale vient de prendre fin et la distribution et fourniture d’énergie en France est quelque peu en difficulté.

De nombreuses entreprises privées se disputent les parts d’un gâteau abîmé par la guerre. C’est pourquoi, en 1946, une loi est votée afin de nationaliser les secteurs de l’électricité et du gaz en une seule entité pour chaque énergie (les entreprises publiques locales ont néanmoins eu le droit de continuer à exercer leurs fonctions sous forme d’ELD ou Entreprise Locale de Distribution).

Aussi, EDF en tant que producteur, transporteur, distributeur et fournisseur d’électricité et GDF en tant que producteur, transporteur, distributeur et fournisseur de gaz ont vu le jour et hérité d’un quasi-monopole en tant qu’entreprises de service public. L’objectif de cette nationalisation était avant tout de pouvoir restaurer et améliorer le parc énergétique français.

offre d'énergie renouvelable

Une ligne électrique haute tension

Ouverture du marché de l'énergie : chamboulement au pays des fournisseurs historiques !

EDF et Engie (anciennement GDF puis GDF-Suez) ont donc gardé un quasi-monopole durant près de 60 ans tout en contribuant à améliorer le parc énergétique français en développant par ailleurs les centrales nucléaires encore actives aujourd’hui et financées par les concitoyen.ne.s Français.e.s via leurs factures d’électricité.

C’est alors que l’Europe entre en jeu avec plusieurs directives. Ces dernières ont pour objectif de passer de plusieurs marchés fonctionnant à un niveau national à un seul marché européen intégré. Pour ce faire, il était difficilement envisageable que le marché de l’énergie en France n’ouvre pas ses portes à de nouveaux producteurs et fournisseurs d’énergie et c’est pourquoi l’Union européenne a mis en place ces deux directives :

  • Le libre choix du fournisseur d’électricité ou de gaz pour le consommateur
  • La liberté d’établissement pour le producteur d’énergie

Pourquoi l'Union européenne souhaite-t-elle ouvrir le marché de l'énergie ?

Dans le cadre de sa politique énergétique, l’Union européenne a promulgué en 1996 la directive sur l’ouverture des marchés de l’énergie dans l’ensemble de ses pays membres.

En tant que directive, elle définit un objectif commun à atteindre et un délai à respecter, tout en laissant la liberté aux États membres de mettre en place leur propre politique pour y arriver.
Les objectifs affichés par l’Union européenne sont :

  • Offrir un marché plus sûr et plus compétitif
  • Avoir un marché européen de l’énergie commun
  • Garantir la sécurité des approvisionnements et des prix abordables à tous les consommateurs-ices

Ouverture du marché de l’énergie : qu’est-ce que cela change concrètement ?

La fin du service public pour EDF et Engie

Premièrement, EDF et Engie ne sont plus des services publics. La loi du 9 août 2004 (n° 2004-803, article 24) a mis fin au service public énergétique à la française en transformant EDF et GDF en sociétés de droit privé (passant du statut d'Établissement Public à Caractère Industriel et Commercial en Société Anonyme).


Vous êtes libre de choisir votre fournisseur d'énergie !


Deuxièmement, vous pouvez choisir librement votre fournisseur d’énergie.
EDF et Engie n’ont plus le monopole pour vous fournir l’électricité et le gaz, d’autres fournisseurs peuvent proposer leurs offres. Ils peuvent offrir une énergie verte ou non, moins chère ou plus chère que les tarifs des fournisseurs historiques, accompagnée d’autres services… ou non. 
La loi impose que le consommateur puisse changer de fournisseur sans préavis et sans pénalité (loi n°2010-1488 du 7 décembre 2010).
 

L'État ne définit pas les prix des nouveaux fournisseurs d'énergie

Troisièmement, l’État ne fixe plus les prix (se référer au paragraphe suivant). Chaque fournisseur d'électricité et/ou de gaz peut fixer les prix comme il le souhaite : indexés sur le marché de l’énergie ou par rapport aux tarifs réglementés de vente (appelés aussi TRV). 
Si vous souscrivez à un fournisseur d’énergie alternatif et souhaitez retourner aux tarifs réglementés de vente (pratiqués uniquement par les fournisseurs historiques EDF et Engie) la loi de n°2010-1488 du 7 décembre 2010 vous assure la libre réversibilité sans frais ni délai.
 

Le tarif réglementé de vente fixé par l'État

Quatrièmement, l’État se limite à publier un tarif réglementé de vente dont le prix est fixé par les pouvoirs publics. Ce tarif réglementé de vente est calculé, de par la loi, pour couvrir les coûts des opérateurs historiques (EDF et Engie) et leur assurer une marge « raisonnable » (Décret n° 2009-975 du 12 août 2009, article 3) notamment sur l'électricité qu'ils produisent via un par nucléaire amorti par les Français-es.

L’autorité de la concurrence a souligné la faiblesse de ce dispositif dans l’avis du 25 mars 2013 : « Le maintien des tarifs réglementés du gaz a une influence défavorable sur le fonctionnement de la concurrence sans pour autant contribuer positivement à la compétitivité des entreprises françaises ni au pouvoir d'achat des ménages. ».
Un arrêt de la Cour de Justice de l’Union européenne du 7 septembre 2016 va également dans ce sens : « une réglementation permanente des tarifs à l’échelon national, imposée uniquement à certaines entreprises du secteur du gaz naturel, pourrait s’avérer discriminatoire et aller au-delà du nécessaire » (Arrêt dans l'affaire C-121/15, 7 septembre 2016).

L'application des nouvelles directives du marché de l'énergie en France

En France, ces directives ont été appliquées petit à petit. Une première a été mise en place en 1996 pour l’électricité suivie d’une deuxième en 1998 pour le gaz ; signant ainsi la fin du monopole d’EDF et Engie (dans une moindre mesure pour commencer).

En effet, dès 1999 les entreprises ayant un besoin d’énergie conséquent ont pu choisir leur fournisseur d’électricité. Ces dernières représentaient 20% du marché de l’énergie.

En 2000 puis en 2003, le marché s’ouvre à toutes les entreprises représentant ainsi une ouverture totale de 34%. Enfin, l’ouverture progressive pour les professionnels se termine en 2004 avec l’accès aux fournisseurs d’énergie alternatifs pour les professionnels et collectivités locales représentant ainsi une concurrence possible sur 70% du marché.

Cependant, les particuliers n’ont toujours pas accès au choix de leur fournisseur d’énergie. Il faudra donc attendre le 1er juillet 2007 pour que les 100% du marché de l’énergie soient complètement ouverts à la concurrence. Ainsi, chaque consommateur est désormais libre de faire le choix de son fournisseur d’électricité ou de gaz. Cependant, EDF ayant une casquette de producteur et de fournisseur et disposant de la totalité du parc nucléaire français, la concurrence pour les jeunes fournisseurs d’électricité se fait rude, voire impossible.

Et pour les client-e-s qui ne sont pas chez le fournisseur historique EDF ?

L'État français vote une loi en 2010 appelée loi NOME (Nouvelle Organisation du Marché de l’Électricité) obligeant EDF à vendre une partie de l’électricité qu’il produit aux fournisseurs d’électricité concurrents au prix de revient (avec le dispositif ARENH). EDF passant du statut d’entreprise publique à celui d’entreprise privée avec un parc nucléaire amorti par les concitoyen-ne-s, il était légitime que tous les consommateurs (client-e-s EDF ou non), dans la mesure où ils subissent aussi le risque nucléaire, puissent profiter de leur parc à des tarifs abordables.

Tous les fournisseurs d'énergie sont libres de proposer les prix qu'ils veulent (y compris EDF qui propose une autre offre en plus de celle aux TRV). Depuis 2007 la majorité de ces fournisseurs d'électricité et de gaz proposent des prix inférieurs aux TRV de manière continue.

Pourquoi créer un marché européen de l’énergie ?

La communauté européenne souhaite assurer une sécurité d’approvisionnement de l’énergie à un prix raisonnable pour tous les consommateurs tout en respectant l’environnement, ainsi qu’une concurrence saine au sein du marché.

En effet, la prise de conscience du changement climatique ainsi que la signature du protocole de Kyoto en 1997 (fixant des objectifs de développement durable) et l’engagement en 2009 de l’Union européenne d’atteindre les « 3x20 » ont instauré définitivement la dimension environnementale au sein des politiques énergétiques européennes. L’objectif des « 3x20 » représente :

  • Un accroissement de 20% du recours aux énergies renouvelables.
  • La diminution des 20% des gaz à effet de serre par rapport à ceux émis dans les années 90.
  • Une réduction de 20% de la consommation énergétique primaire de l’Union européenne par rapport aux projections effectuées.

Le tout d’ici 2020 soit cette année. Ils sont d’ailleurs en voie d’être atteints selon le ministère de la Transition écologique et solidaire.

Ouverture du marché de l’énergie : qu’est-ce qui ne change pas ?

Pour garantir la qualité de l’énergie que vous recevez à la maison et la sécurité d’approvisionnement, le réseau de transport et le réseau de distribution de vos énergies sont restés des activités régulées par l’État. Ces activités sont découpées en deux parties : 
 

  • Le transport : il est géré par RTE (lignes électriques à haute tension) et GRT Gaz / TIGF (gros gazoducs).
  • La distribution : elle est gérée par GRDF (petits gazoducs) et Enedis (ex ERDF, lignes électriques moyenne et basse tension). Ces derniers sont aussi en charge du relevé des compteurs. Cela permet d’assurer l’indépendance de la mesure de l’énergie consommée.

Ainsi, lorsque vous changez de fournisseur, vous ne devez ni changer de compteur ni faire venir un spécialiste chez vous ! Il vous suffit juste de contacter votre nouveau fournisseur qui s’occupera de tout. Plutôt sympa, non ? 😊

Recevez notre sélection d'articles autour de la transition écologique

Laissez-nous votre adresse email pour recevoir toutes nos astuces pour un futur plus vert. 🌱🌍 

Qu’en est-il de la concurrence aujourd’hui sur le marché de l'énergie ?

Bien que la concurrence se développe depuis maintenant 13 ans et que selon un article parût dans Le Monde EDF voit 100 000 de ses client-e-s rejoindre la concurrence chaque mois, le manque de connaissance du marché demeure.

Un marché de l'énergie encore peu maîtrisé par les consommateurs

En effet, seulement 33 % des Français.es savent que EDF et Engie sont aujourd’hui deux entreprises séparées (même si elles ont toujours été séparées juridiquement tout en commercialisant leur offre ensemble) et concurrentes, et seulement la moitié des concitoyen-ne-s savent qu’il est possible de changer de fournisseurs d’électricité et de gaz. Vous pensez que ces chiffres sont ceux de 2009 ? Eh non, ces chiffres sont ceux de 2017. Oui, vous avez bien lu, ceux annoncés par le médiateur de l’énergie 10 ans après l’ouverture du marché à la concurrence.

Malgré les efforts des fournisseurs d’énergie alternatifs pour communiquer autour de leur existence, le changement de fournisseur reste flou dans l’esprit des Français-es. Ainsi, de nombreuses personnes pensent qu’un changement de fournisseur est définitif ou soumis à conditions (le marché de l’énergie étant souvent comparé, à tort à celui des télécoms).

Depuis 2019 les Français.es semblent avoir une meilleure connaissance du marché (environ 9 Français-es sur 10 savent désormais que le marché est ouvert à la concurrence), mais une confiance dans ce marché ouvert en recul (seuls 19% des personnes interrogées pensent que l'ouverture du marché permet une meilleure qualité de service contre 24% en 2018).

👆 Sachez que si vous souhaitez quitter votre fournisseur d’électricité vous êtes libre de le faire quand vous voulez, sans frais et sans engagement. De plus, chez ekWateur, nous nous occupons de la résiliation auprès de votre ancien fournisseur. Concrètement vous avez juste zéro paperasse à faire (c’est quand même plus agréable non ?).

Vous souhaitez retourner vers les TRV (Tarifs Réglementés de Vente) ou changer à nouveau de fournisseur ? Aucun problème, vous pouvez changer quand bon vous semble de fournisseurs d’énergie ou retourner vers votre ancien fournisseur sans condition (on ne va pas vous le cacher, vous voir partir nous briserait le cœur 😢).

La fin des TRV : une aubaine pour le marché de l'énergie ?

La fin des TRV pour les professionnels permet à ces derniers de découvrir plus concrètement l’existence du marché de l’énergie ainsi que la concurrence. Aussi, de nombreux professionnels se sont tournés vers des fournisseurs alternatifs suite à l’arrêt des TRV les concernant.

De plus, la préoccupation grandissante pour le climat offre aux fournisseurs d’énergie renouvelable un autre argument à prendre au sérieux. L’accident de 2011 sur la centrale de Fukushima ainsi que les changements climatiques font émerger de nouveaux modes de pensée et de consommation. En tant que fournisseur d’énergies renouvelables, nous sommes avant tout là pour accompagner ces changements en faveur de la transition écologique et énergétique alors si vous aussi vous souhaitez agir, vous pouvez le faire ici 😉.