informations
Service client
Bonjour ;)
Notre service client, basé au Mans, à Reims et à Amiens est joignable au
(prix d'un appel local, même si vous n'habitez pas dans le coin)
de 9h30 à 19h du lundi au vendredi.
On espère à très vite ;)
Baisse d'audition sourd ou malentendant ? Appelez nous
Vous préférez parler à une vraie personne ? Nos centres d'appels au Mans, à Reims et à Amiens sont là pour ça
09 77 40 66 66
(prix d'un appel local, même si vous n'habitez pas dans le coin)
Panneaux solaires sur un toit

Installation photovoltaïque autoconsommation : un schéma pour tout comprendre

« Le soleil ne donne pas seulement le jour, il donne l’exemple » disait Victor Hugo. C’est bien vrai, en matière de transition énergétique, l’énergie solaire s’illustre. Les chiffres sont parlants. Selon Enedis, le gestionnaire de réseau d’électricité, on compte aujourd’hui plus de 100 000 personnes en autoconsommation contre 3000 seulement en 2015. Vous voulez en savoir un peu plus ? Voici le fonctionnement d’une installation photovoltaïque.

Panneaux solaires sur un toit
2 août 2022

Le fonctionnement d’une installation photovoltaïque en autoconsommation

Pour fonctionner, un panneau solaire photovoltaïque capte le rayonnement solaire. Les cellules de silicium au contact des photons, les particules de lumière du soleil, s’activent et mettent en mouvement des électrons. Cette « danse des électrons » génère un courant continu. 

Ce courant continu n’est pas adapté aux appareils électriques. Pour le rendre plus digeste, l’onduleur ou micro-onduleur le transforme en courant alternatif. Il passe ensuite par le disjoncteur et le compteur électrique pour arriver jusque dans vos équipements électriques (ampoules, appareils électroménagers, etc.). 

Le surplus d’électricité non consommé peut ensuite être injecté sur le réseau d’Enedis (ex-ERDF). Vendu en obligation d’achat (OA solaire) par le ménage, il permet de financer en partie l’installation des panneaux photovoltaïques. Notez que ekWateur peut aussi racheter ce surplus. 😉

Schéma de fonctionnement d'une installation en autoconsommation
Schéma de fonctionnement d'une installation en autoconsommation

Maximiser le rendement : comment faire ?

Bien choisir ses panneaux photovoltaïques permet de produire une plus grande quantité d’énergie. Il faudra prêter également une grande attention à l’installation.

Panneau solaire monocristallin ou polycristallin : quel dispositif choisir ?

Le rendement mesure la quantité d’électricité produite par rapport à la quantité reçue. Cette donnée dépend avant tout du type de panneau choisi. On en distingue deux : 

  • Les panneaux solaires monocristallins, formés d’un seul cristal de silicium dont le rendement est porté à 18% environ selon l’Ademe ; 
  • Les panneaux solaires polycristallins, fabriqués par l’assemblage de plusieurs cristaux de silicium dont le rendement oscille entre 13% et 15%.

Pour produire davantage, il convient d’opter pour des panneaux monocristallins (adaptés au climat tempéré), bien qu’un peu plus chers à l’achat.

L’orientation de l’installation photovoltaïque

Afin de produire de l’électricité, on l'a vu dans notre schéma, le panneau solaire a besoin de prendre des bains de soleil. 😉 Ainsi, il est conseillé de l’orienter vers le sud. C’est en effet, l’axe le plus ensoleillé de la journée. 

Si votre toiture ne vous le permet pas, vous pouvez envisager d’installer une partie des panneaux à l’est et l’autre partie à l’ouest. Grâce à cette répartition, votre installation suivra la course du soleil et produira un peu plus longtemps.

Pour vous donner une idée, on produit environ 10% de moins en orientant ses panneaux à l'est plutôt qu'au sud.

L’inclinaison des panneaux

En fonction des heures de la journée et des saisons, le soleil peut être plus ou moins haut. De ce fait, ces rayons viendront frapper la surface du panneau selon un angle différent. C’est la raison pour laquelle, on conseille une inclinaison des panneaux entre 30° et 35°. Cela permet sur l’année de faire la moyenne entre les diverses hauteurs du soleil. 

En pratique, l’inclinaison des panneaux est dictée par la pente de toit. Cela tombe bien, dans l’Hexagone, les toitures présentent souvent un angle inférieur à 40°. Toutefois, dans certaines régions comme en Alsace ou en Bretagne, on trouve des toits très pentus. Il faudra contacter un-e expert-e du photovoltaïque pour voir si votre charpente peut supporter le poids des panneaux. Composez le 0 977 40 66 66. Nos équipes seront ravies de vous répondre.☀️

Optimiser le fonctionnement : les équipements optionnels

Enfin, il est possible d’optimiser le fonctionnement de son installation d’autoconsommation en s’aidant de dispositifs complémentaires comme un gestionnaire d’énergie ou des batteries. Explications.

Le gestionnaire d'énergie

D’après Enedis « Chez le client habitant un logement individuel, la part d’autoconsommation se situe aux environs de 20 % ». Cela signifie que la personne consomme 20% de sa production. Pour faire monter ce chiffre, on peut avoir recours à un gestionnaire d’énergie. 

Un gestionnaire d’énergie est un boîtier domotique. Relié à vos panneaux solaires ainsi qu’à vos appareils électroménagers, il vous aide à optimiser votre production et votre consommation d’électricité photovoltaïque. Comment ? Simplement en lançant certains de vos équipements (recharge de la voiture électrique, chauffe-eau, lave-linge) lorsque les panneaux produisent de l’électricité. 

Grâce à cet allié du quotidien, on peut réduire jusqu’à 50% sa facture d’électricité (taux d'autoproduction).

🚨 Attention, on peut vite mélanger les termes autoconsommation et autoproduction : le taux d'autoconsommation est la part de l'électricité produite consommée sur place et le taux d'autoproduction est la part de de la facture couverte par son installation photovoltaïque.

Selon les données du Ministère de la Transition écologique, la facture moyenne d’électricité des Français-es est de 944 €. En utilisant le combo « panneaux solaires et gestionnaire d’énergie », on peut la faire tomber à 283, 2 € par an. Intéressant, non ?

Les batteries solaires

Les personnes vivant sur un site isolé peuvent coupler son kit solaire avec des batteries de stockage d’électricité. Il faudra prévoir 600 € à 1 000 € supplémentaires par kWc de capacité pour s’équiper. 

Si à l’achat cela représente un investissement en plus, cela permet d’éviter les frais liés à groupe électrogène externe. Ces générateurs fonctionnent souvent avec des produits pétroliers. Ils font grimper vos dépenses en énergie et votre empreinte carbone

💡 : Batteries ou pas batteries ? Difficile de répondre à la question. Cela demande une étude approfondie. Pour bien dimensionner l’installation photovoltaïque pour votre logement, parlez-en à nos experts !