Vous préférez parler à une vraie personne ? Notre centre d’appel du Mans est là pour ça
09 77 40 66 66
(prix d’un appel local, même si vous habitez loin du Mans)

Le biométhane

Le blog d’ekWateur

16 janvier 2019

Le biométhane, c’est quoi ? Comment le produire ?

ekWateur vous répond !

Des pieds posés sur un radiateur pour se réchauffer

Le biométhane, c’est quoi ? Quelle différence avec le méthane, le gaz naturel de ville, le gaz de pétrole liquéfié, ou encore le biogaz ? Comment le produit-on ? Et quels sont ses avantages ? Si vous vous sentez perdus dans toutes ces appellations étranges et ces questions compliquées, c’est normal : le monde du gaz est assez technique et ce n’est pas grave, car c’est notre métier ! On vous explique donc ci-dessous ce qu’est le biométhane et pourquoi, en tant que fournisseur d’électricité et de gaz, nous avons choisi de vous en proposer.

Qu’est-ce que le biométhane et quelle est la différence avec le biogaz, le gaz naturel ou le GPL ?

Le biométhane est un mélange gazeux d’origine renouvelable, quasi exclusivement composé de méthane, que l’on utilise comme une source d’énergie notamment pour produire de la chaleur. C’est exactement le même principe que le gaz que l’on utilise chez soi dans une chaudière au gaz : on le fait brûler dans sa chaudière et il permet de chauffer de l’eau qui circule ensuite dans nos canalisations ou nos chauffages.

Bon, jusque-là, tout va bien. Mais alors qu’est-ce qu’il a de si spécial ce gaz ?

Avant tout, il faut savoir qu’en France, les gaz représentent environ 20 à 22 % de la consommation énergétique. Il est utilisé surtout pour le chauffage dans les bâtiments, mais aussi pour produire de l’électricité dans des centrales à gaz (les centrales à cycle combiné) et parfois comme carburant pour les véhicules. Pour tous ces usages, il existe principalement deux types de gaz.

Les gaz d’origine fossile

Il s’agit principalement :

  • Du « gaz naturel » :

Il s’agit de gaz que l’on trouve sous terre, enfermés dans des roches et que l’on extrait par forage avant de passer par des raffineries. Eh oui, en dépit de ce que son nom peut laisser penser, le « gaz naturel » est une énergie fossile ! Il se forme à partir de la sédimentation de matière organique vieille de plusieurs millions d’années. Le plus souvent, la matière organique enfouie dans le sous-sol se transforme d’abord en kérogène, sous l’effet de la pression et de la température. Lorsque la température augmente (entre 50 et 120°C), le kérogène se décompose. Appelée pyrolyse, cette décomposition thermique expulse deux hydrocarbures : le gaz naturel et le pétrole qui constituent, dans une roche imperméable, un gisement. Entre 1,5 et 3 km de profondeur, le gaz et le pétrole sont présents dans les mêmes gisements. Le gaz naturel peut être de diverses natures : il est dit thermogénique lorsqu’il provient de la transformation de matière organique sous l’effet de la pression et de la chaleur et il est dit biogénique lorsqu’il est généré à partir de la fermentation de bactéries présentes dans les sédiments organiques.

  • Du « gaz de pétrole liquéfié » (ou GPL) :

On l'utilise dans certains véhicules ou dans certains bâtiments qui ne sont pas reliés au réseau de gaz. C’est un ensemble de gaz que l’on obtient quand on fait le raffinage du pétrole ou du gaz naturel.

  • Le gaz de ville :

Aujourd’hui, l’expression gaz de ville est le terme générique désignant le gaz (quelle que soit son origine) distribué dans les foyers de consommation. Historiquement c’était du gaz manufacturé, c’est-à-dire du gaz fabriqué dans des usines (oui, les fameuses « usines à gaz »). La plupart des gaz manufacturés étaient obtenus par distillation, c’est le terme qui est très largement utilisé dans les traités scientifiques du XIXème siècle. Il s’agirait en fait plutôt d’une pyrolyse suivant les définitions modernes des processus physique*. Il présentait deux inconvénients majeurs : un faible pouvoir calorifique, et une dangerosité importante : il contenait du monoxyde de carbone, gaz très toxique et inodore.

Le gaz d’origine renouvelable

C'est celui que l’on produit en faisant fermenter des matières organiques :

  • Le biogaz :

Composé de méthane, de CO2 et d’autres gaz annexes, on peut l'utiliser pour produire de la chaleur et de l’électricité via la co-génération ou la trigénération (on vous expliquera ça une autre fois).

  • Le biométhane :

C'est un biogaz que l’on a épuré pour lui retirer son CO2 et ne garder que du méthane. Ainsi, on peut l’utiliser exactement comme du gaz naturel en l’injectant sur le même réseau. En résumé, le biométhane est un gaz d’origine 100 % renouvelable issu de la fermentation anaérobie de déchets végétaux, agricoles ou alimentaires, et que l’on peut utiliser pour l’énergie ou le chauffage.

Comment est produit le gaz naturel exploité en Europe

Le gaz naturel non associé est extrait et traité selon des techniques similaires à celles du pétrole : forage, premier tri des composants en tête de puits, transfert par gazoduc jusqu’à une usine de traitement. Là, il subit une seconde séparation des différents constituants, puis il est acheminé jusqu’aux sites de distribution et consommation par gazoduc, ou bien sous forme liquide par des cargos méthaniers.

Le gaz naturel est-il écologique ?

On pourrait penser que le gaz naturel, même s’il n’est pas renouvelable, est écologique. Mais c’est faux. Moins polluant que le charbon ou le pétrole, le gaz naturel n’en est pas moins responsable de plus de 20% des émissions de CO2 dues à l’utilisation d’énergie par l’activité humaine. Pour produire un kWh d’énergie avec du gaz naturel, on émettra environ 490 g de CO2, contre environ 820 g pour le charbon, mais seulement 11 g de CO2 pour de l’électricité produite à partir d’éoliennes. Ce n’est donc pas vraiment une énergie propre.

Toutes les opérations de forage et de raffinage que l’on doit effectuer pour produire du gaz naturel sont aussi responsables d’impacts environnementaux conséquents : il y a la destruction des paysages, la construction de grosses infrastructures de traitement chimique, on peut aussi observer des fuites sur les gazoduc…

En résumé : non, le gaz naturel n’est pas une énergie écologique. Le gaz naturel est non seulement non-renouvelable, c’est une énergie fossile, mais en plus, il pollue de façon conséquente.

Le biométhane, alternative renouvelable au gaz fossile

Il existe heureusement une alternative qui s’inscrit à plein dans les objectifs de la transition énergétique et écologique : le biométhane, produit de la fermentation de déchets et autres résidus organiques (ménagers, agricoles, industriels…), donc renouvelable et intégré directement au mix énergétique des fournisseurs d’énergie par injection dans les réseaux de distribution. Voilà une belle alternative au gaz naturel.

C’est pour cette raison que chez ekWateur, nous proposons deux offres en tant que fournisseur de gaz. D’abord une offre gaz 100% renouvelable, via le dispositif des Garanties d’origine : ainsi nos clients sont sûrs de la traçabilité de leur achat : autant de gaz renouvelable et écologique a été injecté dans le réseau qu’ils n’en n’ont consommé, et il n’est compté que pour eux ! Ensuite, nous proposons aussi une offre gaz moins chère, contenant 5% de biométhane renouvelable : une manière de soutenir le gaz renouvelable à son niveau et selon ses moyens.

offre gaz biométhane francais